Le verdict du procès contre Miyoko’s Creamery annonce-t-il la fin des restrictions en matière d’étiquetage des produits véganes ?



Il y a près de deux ans, le Département Californien de l’Alimentation et de l’Agriculture avait ordonné à Miyoko’s Creamery de cesser d’utiliser des termes comme “beurre” et “sans lactose” sur les emballages de ses produits. Mais il avait visé la mauvaise entreprise.

Réticente à changer ses emballages, ce qui aurait coûté à l’entreprise des sommes colossales, Miyoko’s a intenté un procès, affirmant que les restrictions violaient ses droits au premier amendement. La semaine dernière, le juge Richard Seeborg a accepté que Miyoko’s continue d’utiliser les termes “beurre”, “sans lactose” et “sans cruauté”, mais qu’elle ne puisse plus étiqueter ses produits comme “sans hormones”.

M. Seeborg a souligné que “la langue évolue” et que les clients actuels peuvent avoir une compréhension différente du mot “beurre” par rapport à la définition des normes alimentaires fédérales, vieille de neuf décennies. Il a fait valoir que, puisque Miyoko’s utilise ce terme en même temps que d’autres comme “végétal” et “végétalien”, rien ne permet d’affirmer que l’entreprise trompe les consommateurs.

beurre Miyoko’s Kitchen
© Miyoko’s Kitchen

Le verdict est une grande victoire pour Miyoko’s, mais pour beaucoup, il ne s’agit pas seulement victoire pour l’entreprise, car, comme le dit la fondatrice et PDG Miyoko Schinner, cela pourrait “faire jurisprudence”. C’est important car, alors que les produits végétaliens continuent de prendre des parts de marché aux produits d’origine animale, les industries de la viande et des produits laitiers de nombreux pays ont réagi en tentant de restreindre l’étiquetage des produits véganes.

La plus célèbre de ces tentatives a sans doute été l’amendement 171, propulsé par le lobby laitier européen, mais finalement rejeté par l’Union Européenne. Cet amendement aurait créé des restrictions si sévères pour les laits végétaux que beaucoup l’ont qualifié de “censure”. L’UE a également rejeté une interdiction qui aurait empêché les producteurs de viande alternative d’utiliser des termes tels que “saucisse” et “hamburger”. L’année dernière, aux États-Unis, le gouverneur de la Virginie avait opposé son veto à un projet de loi qui aurait interdit aux producteurs de produits laitiers alternatifs d’utiliser le mot “lait”.

ProVeg amendement 171
© ProVeg

L’issue de l’affaire de Miyoko’s Creamery découragera probablement certaines tentatives visant à restreindre l’étiquetage des produits véganes, mais il est peu probable que les industries de la viande et des produits laitiers capitulent sans se battre. Les lois varieront d’un pays à l’autre, en Australie, par exemple, un vote est sur le point d’avoir lieu pour interdire aux producteurs de viande alternative d’utiliser des termes comme “bœuf” et “poulet”.

Pour l’heure, Miyoko’s connaît un succès grandissant, avec une levée de fonds récente de 52 millions de dollars en Série C. Et son beurre, objet de l’action en justice, est aujourd’hui le beurre végétal le plus vendu dans le circuit des épiceries d’aliments naturels aux États-Unis. Lors d’une interview début août, nous avons demandé à Schinner pourquoi.

“Lors d’une dégustation à l’aveugle effectué récemment par les chefs d’une compagnie aérienne, notre beurre est arrivé en tête, même devant le beurre traditionnel”, a-t-elle déclaré. “Notre beurre est le plus savoureux et le plus performant, voilà pourquoi”.

Articles récents




  • Le bulletin d'information vegconomist :
    actualités pour les décideurs

    Inscrivez-vous au bulletin d'information vegconomist et recevez régulièrement les nouvelles les plus importantes du monde des produits véganes et de l'économie végane.

    Adresse e-mail non valide