Tofurky remporte un procès historique en Louisiane dans sa lutte contre la censure des produits véganes



Tofurky, l’une des principales marques de produits véganes aux États-Unis, a remporté une victoire judiciaire majeure pour les producteurs de viande végétale. En effet, un juge fédéral s’est prononcé contre une loi controversée sur l’étiquetage. Il a jugé la loi de Louisiane inconstitutionnelle, car elle empêchait les producteurs de viande végétale comme Tofurky d’utiliser des termes comme “hamburger” ou “saucisse”.

“Le tribunal de Louisiane a vu clair dans cette loi fallacieuse et a protégé les droits du premier amendement d’entreprises comme Tofurky”.

Turtle Island Foods – le propriétaire de Tofurky – avait intenté un procès contre les régulateurs de l’État en 2020, contestant de manière préventive la nouvelle loi de l’État. De ce fait, la société risquait des amendes de 500 dollars par jour pour avoir utilisé de tels termes sur ses produits carnés véganes, même lorsqu’ils comportent des adjectifs qualificatifs tels que “végétalien/végane”, “végétal” ou “sans viande”. Le US District Court for the Middle District of Louisiana a statué sur une requête de jugement sommaire sur le procès, mettant fin à l’application de la loi.

Tofurky
© Tofurky

La victoire des producteurs de produits végétaliens est importante, car la loi sur la censure a été défendue par l’industrie de la viande dans le but d’entraver la croissance du secteur des protéines alternatives sous prétexte de “protéger” les consommateurs. Grâce à la représentation juridique de l’Animal Legal Defense Fund et du Good Food Institute, le procès Tofurky a prouvé que la censure des produits végétaliens entraînerait en fait une plus grande confusion chez les consommateurs, et non l’inverse.

La censure des aliments végétaliens

Cette bataille juridique n’est que la dernière tentative en date, dans le monde entier, des industries de la viande et des produits laitiers pour influencer les lois sur l’étiquetage et désavantager les producteurs de protéines alternatives. En 2021, les dirigeants européens ont renoncé à imposer de nouvelles restrictions sur les produits laitiers végétaliens, tandis qu’en Australie, le lobby de la viande a demandé au Sénat d’interdire des mots comme “poulet” et “bœuf”, ce qui a donné lieu à une enquête. D’ailleurs, une étude récente a révélé que 96 % des Australiens n’ont jamais été induits en erreur par l’étiquetage de la viande alternative.

“Le tribunal de Louisiane a vu clair dans cette loi fallacieuse et a protégé les droits du premier amendement des entreprises comme Tofurky et des Louisianais pour qu’ils aient accès aux aliments plus sains et plus durables de leur choix”, a déclaré Jaime Athos, PDG de Tofurky.

Articles récents




  • Le newsletter vegconomist :
    actualités pour les décideurs

     

    Inscrivez-vous au newsletter vegconomist et recevez régulièrement les nouvelles les plus importantes du monde des produits véganes et de l'économie végane.


    Je ne reçois pas la newsletter vegconomist, que puis-je faire ?


    Cliquez ici pour ajouter vegconomist à votre liste de contacts mails pour être sûr.e.s de bien recevoir notre newsletter.

    Adresse e-mail non valide
  • Le newsletter vegconomist :
    actualités pour les décideurs

     

    Inscrivez-vous au newsletter vegconomist et recevez régulièrement les nouvelles les plus importantes du monde des produits véganes et de l'économie végane.


    Je ne reçois pas la newsletter vegconomist, que puis-je faire ?


    Cliquez ici pour ajouter vegconomist à votre liste de contacts mails pour être sûr.e.s de bien recevoir notre newsletter.

    Adresse e-mail non valide