Environnement et durabilité

Great Wrap développe un film plastique compostable à partir de déchets de pommes de terre

La société australienne Great Wrap, spécialisée dans la science des matériaux, a utilisé des déchets de pommes de terre pour mettre au point un film alimentaire compostable.

L’entreprise a été fondée par un couple, Jordy et Julia Kay, qui s’est mis en tête de mettre fin à la dépendance aux plastiques dérivés du pétrole. Ils ont trouvé un moyen d’utiliser les déchets de pommes de terre pour créer un emballage qui se décompose en carbone et en eau en moins de 180 jours.

Le mois dernier, Great Wrap a levé 24 millions de dollars lors de son tour de table de série A, avec des investisseurs comme Groundswell Ventures, Springbank Collective et Trail Mix Ventures. Cette somme permettra à l’entreprise de mettre en place une bioraffinerie capable de fabriquer 30 000 tonnes de film alimentaire d’ici la fin de l’année prochaine. Si cet objectif est atteint, Great Wrap sera le plus grand fabricant de film alimentaire d’Australie.

Lancement aux États-Unis

Great Wrap est déjà disponible en Australie et sera lancé aux États-Unis ce mois-ci. La société prévoit d’ouvrir un site de production dans ce pays l’année prochaine, en plus de ses deux sites australiens actuels.

film alimentaire Great Wrap
© Great Wrap

La société Great Wrap affirme qu’elle est en passe de réutiliser 50 000 tonnes de déchets de pommes de terre cette année, un chiffre qui pourrait passer à 300 000 l’année prochaine après son lancement aux États-Unis.

“Nous sommes fiers d’aider les gens à faire un pas vers un avenir plus durable, en rendant notre film étirable compostable facilement disponible à un prix abordable”, a déclaré Julia.

Les végétaux upcyclés

Dans le monde entier, les entreprises upcyclent les déchets végétaux de diverses manières créatives. Par exemple, l’entreprise israélienne Anina récupère des légumes jetés en raison de leur apparence et les utilise pour fabriquer des emballages de plats cuisinés. Aux Émirats arabes unis, Leukeather transforme les gousses de tamarinier en une alternative végétalienne au cuir exotique.

De son côté, l’entreprise italienne High Society fabrique des luminaires à partir de sous-produits des industries du chanvre, du tabac, du vin, de la bière et du café, tandis que Magnum a récemment collaboré avec la créatrice de mode Iris van Herpen pour créer une robe végane fabriquée à partir de coques de fèves de cacao upcyclées.

Share

A la une de la Presse Végane

repas végétalien

Photo : @defaultveg sur Instagram

A la une de la Presse Végane
Dans les hôpitaux new-yorkais, les repas végétaliens deviennent l’option par défaut

ACCRO

© ACCRO

A la une de la Presse Végane
ACCRO remporte le challenge Découverte Carrefour 2022 grâce à son haché végétal

La Vie

© La Vie

A la une de la Presse Végane
La Vie™ lance une campagne d’affichage symbolique et inédite à Haarlem, première ville au monde à interdire la promotion publicitaire de viande

Interviews

Cocoriton

© Cocoriton

Interviews
Cocoriton : “En créant Cocoriton, nous voulions remettre les agriculteurs français au cœur du sujet en proposant des produits qui les rémunèrent justement et avec un véritable équilibre nutritionnel”

© Meurens Natural

Interviews
Meurens Natural : “Nous avons été les premiers à produire des sirops d’avoine qui peuvent être utilisés pour produire des boissons à base d’avoine”

Andreas Herber de BENEO

Andreas Herber © BENEO

Interviews
BENEO : “Notre sondage a révélé qu’un consommateur sur quatre dans le monde s’identifie comme flexitarien et que la moitié d’entre eux s’intéresse aux produits végétaliens”