Une étude révèle que 96 % des Australiens n’ont jamais été trompés par l’étiquetage de la viande alternative



Une nouvelle étude commandée par les organisations à but non lucratif No Meat May et Vegan Australia a révélé que la grande majorité des consommateurs australiens n’ont jamais été trompés par l’étiquetage de la viande alternative.

96 % des personnes interrogées ont déclaré n’avoir jamais acheté un substitut végétal à la viande par erreur. Parmi les 4 % restants, plus des deux tiers (67 %) ont admis que l’erreur était due au fait qu’ils étaient pressés et n’avaient pas lu correctement l’étiquette.

En revanche, le type de confusion inverse est beaucoup plus fréquent : 41 % des personnes interrogées ont acheté un produit qu’elles pensaient végétaliens pour découvrir qu’il contenait en fait des ingrédients d’origine animale.

64 % des participants ont déclaré que des termes tels que “sans viande” (meatless ou meat-free) les ont aidés à déterminer qu’un produit ne contenait pas de viande, tandis que 57 % ont trouvé utiles des termes plus spécifiques tels que “beef-free” (sans boeuf), “plant-based chicken” (poulet végétal) et “bacon-style” (imitation bacon). Enfin, 22 % des personnes interrogées ont déclaré vouloir remplacer certains des produits d’origine animale qu’elles consomment par des produits d’origine végétale.

Confused by Alt-Meat Labelling

L’année dernière, l’Australian Red Meat Advisory Council a financé une étude selon laquelle 60 % des personnes interrogées considéraient que les emballages de viande alternative étaient trompeurs, tandis que 75 % estimaient qu’il ne devrait pas être légal de décrire les produits végétaliens comme de la viande. Ces résultats contredisent une étude précédente, selon laquelle 91 % des Australiens n’ont jamais acheté par erreur un produit à base de plantes au lieu de viande.

Le Conseil a commencé à faire pression sur le Sénat pour interdire aux entreprises de viande alternative d’utiliser des mots tels que “poulet” et “bœuf”, ce qui a conduit à une enquête. Mais les marques de viande alternative ont reçu le soutien de la Commission australienne de la concurrence et de la consommation et de l’organisme Food Standards in Australia, qui ont déclaré n’avoir trouvé aucune preuve que les consommateurs étaient induits en erreur.

“Cette recherche de l’UTS nous dit ce que nous soupçonnions déjà, à savoir que cette enquête du Sénat sous-estime considérablement l’intelligence de l’Australien moyen, qui est parfaitement capable de faire la différence entre un produit carné et son alternative végétale, malgré l’utilisation d’une formulation ou d’une imagerie similaire”, a déclaré Ryan Alexander, cofondateur de No Meat May.

Articles récents




  • Le newsletter vegconomist :
    actualités pour les décideurs

     

    Inscrivez-vous au newsletter vegconomist et recevez régulièrement les nouvelles les plus importantes du monde des produits véganes et de l'économie végane.


    Je ne reçois pas la newsletter vegconomist, que puis-je faire ?


    Cliquez ici pour ajouter vegconomist à votre liste de contacts mails pour être sûr.e.s de bien recevoir notre newsletter.

    Adresse e-mail non valide
  • Le newsletter vegconomist :
    actualités pour les décideurs

     

    Inscrivez-vous au newsletter vegconomist et recevez régulièrement les nouvelles les plus importantes du monde des produits véganes et de l'économie végane.


    Je ne reçois pas la newsletter vegconomist, que puis-je faire ?


    Cliquez ici pour ajouter vegconomist à votre liste de contacts mails pour être sûr.e.s de bien recevoir notre newsletter.

    Adresse e-mail non valide