Opinion : Les grandes multinationales conquièrent le marché végane. Bonne ou mauvaise nouvelle ?



La liste des petites, moyennes, grandes et très grandes entreprises qui élargissent leur offre pour y inclure des produits végétaliens continue de s’allonger massivement. De la boutique du coin à Burger King en passant par Unilever, le capitalisme végétal est sans aucun doute en plein essor à l’échelle internationale. De nombreux indicateurs annoncent un point de basculement qui transformera définitivement le marché mondial.

Entre 2010 et 2020, les entreprises produisant des produits alternatifs aux produits d’origine animale ont récolté près de 6 milliards de dollars, dont plus de la moitié provient uniquement de l’année 2020. Une étude récente de Blue Horizon et du Boston Consulting Group (BCG) a révélé que le pic de production de viande sera atteint en Europe et en Amérique du Nord en 2025, et qu’il commencera à décliner par la suite, en étant remplacé par des protéines alternatives.

Garden Gourmet Incredible Burger
© Nestlé S.A

Cependant, l’entrée actuelle de certaines entreprises sur ce marché a suscité une certaine méfiance de la part de certains consommateurs cibles, notamment en raison de leur bilan en matière de de respect des droits humains. Ce phénomène est particulièrement visible chez les grandes multinationales dont les chaînes d’approvisionnement sont étendues et complexes.

En parallèle, le fait que nombre d’entre elles continuent de tirer profit – en grande partie – de la vente de produits d’origine animale, a également suscité des controverses, notamment au sein de la communauté végane.

Pour aborder ce sujet, vegconomist en español s’est entretenu avec quatre experts du monde de l’entrepreneuriat végane, des ONG, du monde universitaire et de l’activisme, afin de connaître leur point de vue sur la question.

Voici ce qu’il en ressort

proveg
Cristina Rodrigo

Cristina Rodrigo, directrice nationale de ProVeg International en Espagne :

Notre mission est d’exiger de meilleurs systèmes alimentaires, plus durables, plus résilients et plus fonctionnels. Et il sera impossible d’y parvenir sans demander aux entreprises et aux organisations de revoir et d’améliorer leur approche. Si nous voulons voir une transformation à grande échelle, nous devons faire participer des entreprises comme Nestlé et Unilever à ce changement, indépendamment de leur histoire.

Lorsque les marques et les multinationales opèrent des changements positifs, comme l’adoption d’une stratégie plus verte et tournée vers le végétal, nous ne pouvons qu’applaudir leurs efforts et espérer que cela incitera d’autres entreprises à s’adapter et à progresser. Il est vital et urgent qu’elles le fassent.

 

Maria Troya, chargée de recherche au Good Food Institute (GFI) et titulaire d’un Master de l’Université d’Oxford axé sur la durabilité, l’alimentation et l’agriculture de l’université :

L’entrée de grandes entreprises sur le marché végane est sans aucun doute une étape positive et essentielle pour conduire la transition vers une plus grande consommation de produits véganes. Cela sera essentiel pour que l’industrie végane devienne plus compétitive.

“Obtenir une plus grande participation des entreprises sur ce marché, en particulier de la part d’entreprises qui, historiquement, se sont largement approvisionnées en produits d’origine animale, est essentiel pour atteindre les objectifs que le mouvement végane s’est fixés concernant cette transition alimentaire.”

Maria Troya, Research Fellow at the Good Food Institute
Maria Troya, chargée de recherche au Good Food Institute

Nous pouvons nous attendre à ce que l’entrée des grands groupes sur le marché végane : 1) se traduise par une augmentation de l’offre de produits d’origine végétale, dont beaucoup à prix plus accessible, 2) élargisse l’accès des consommateurs à une plus grande variété de produits véganes, et 3) dans certains cas, conduise les entreprises à remplacer leur portefeuille de produits animaux par des produits véganes.

De plus, nous devons considérer qu’il existe des barrières financières, opérationnelles et technologiques qui limitent la croissance de l’industrie végane et des protéines alternatives. Les investissements d’importantes sociétés peuvent être essentiels pour surmonter ces barrières.

Cela pourrait notamment permettre de développer de nouvelles chaînes de valeur et de nouvelles infrastructures, d’attirer davantage d’investissements et de stimuler l’esprit d’entreprise et l’innovation. Tous ces éléments seront essentiels pour que l’industrie végane devienne plus compétitive et mette en évidence les inefficacités qui existent dans les systèmes de production de produits dérivés des animaux.

 

Paula González Carracedo, fondatrice et PDG de The Vegan Agency, une entreprise de communication et de visibilité pour les marques véganes, militante végane et directrice de l’ONG Million Dollar Vegan en Espagne :

vegan agency
Paula Gonzalez Carracedo de The Vegan Agency 

Mon opinion est totalement partagée entre mon cœur et ma tête. La partie pragmatique me dit que c’est une bonne chose que les entreprises responsables du déclin de la planète et de la mort de tant de millions d’animaux prennent des mesures en faveur du véganisme et d’un monde meilleur pour tous.

“Seuls le temps et le résultat final à long terme nous le diront”.

Cela peut être très positif dans la mesure où cela rapproche les aliments véganes des consommateurs et contribue à démocratiser leur accessibilité, tout en rendant l’achat moins cher pour le consommateur. Cependant, je suis très inquiète quant à la qualité alimentaire des produits qu’ils développent et au fait que les entreprises n’apportent pas de changements à d’autres niveaux (principalement en ce qui concerne les inégalités de travail et les problèmes environnementaux).

En tant qu’entrepreneur d’une agence de communication encore petite, lorsque je fais mes courses, j’essaie personnellement de privilégier d’autres entreprises véganes plutôt que ces grandes multinationales. Alors, est-ce positif ? Cela dépend, seul le temps et le résultat final sur le long terme nous le diront.

 

Mariana Issa, responsable de l’innovation alimentaire chez EligeVeg au Mexique, un site géré par Mercy for Animals :

Les grandes entreprises alimentaires disposent d’énormes installations de production, d’une distribution mondiale et de relations avec les grands supermarchés et les chaînes de restaurants, elles seront donc en mesure de proposer davantage d’options véganes à des prix plus bas.

Mariana Issa, Food Innovation Manager at EligeVeg in Mexico
Mariana Issa, responsable de l’innovation alimentaire chez EligeVeg au Mexique.

“C’est un point crucial pour rendre l’alimentation végétale accessible à tous.”

Ces facteurs rendent la nourriture végane disponible à plus grande échelle. Ainsi, lorsque cette tendance atteindra une plus grande pénétration sur le marché latino-américain, elle sera plus abordable et accessible aux consommateurs de tous les niveaux socio-économiques. C’est un point crucial pour rendre l’alimentation végétale accessible à tous.

“Il n’est pas nécessaire de choisir entre soutenir les grandes ou les petites entreprises.”

Nous devons soutenir à la fois les startups et les restaurants dont les propriétaires sont véganes, ainsi que les grandes entreprises alimentaires qui créent et vendent de nouveaux aliments véganes. Les animaux ont besoin des deux approches : des grandes entreprises qui suivent la tendance et des pionniers révolutionnaires qui s’efforcent chaque jour de protéger les animaux et la planète.

N’oublions pas que la plupart des entreprises alimentaires ne sont pas encore véganes. Nous ne pouvons donc pas les ignorer et attendre qu’elles changent d’elles-mêmes. Il faut les encourager et les soutenir. En achetant leurs nouveaux produits véganes, nous leur disons que nous voulons davantage de produits véganes – c’est une façon de voter avec notre argent.

 

Articles récents




  • Le bulletin d'information vegconomist :
    actualités pour les décideurs

    Inscrivez-vous au bulletin d'information vegconomist et recevez régulièrement les nouvelles les plus importantes du monde des produits véganes et de l'économie végane.

    Adresse e-mail non valide