Salons et événements

GFI lors du salon Fish International : “Un signe positif pour l’avenir de nos océans”

Le salon allemand Fish International a eu lieu début septembre 2022 à Brême, où de nombreuses alternatives aux poissons et fruits de mer ont été exposées par des experts de l’industrie du poisson.

  • Les visiteurs ont eu l’occasion de voir et de goûter les produits alternatifs de l’entreprise autrichienne Revo Foods, avec ses produits de la mer véganes et de l’Allemand Bluu Seafood, avec les premiers produits de la mer cultivés à entrer sur le marché.
  • Happy Ocean Foods a présenté ses nouveaux produits végétaliens lancés en partenariat avec Beyond Meat, qui sont prêts à être commercialisés prochainement.
  • Des entreprises alimentaires bien établies telles que Nestlé Professional et FRoSTA ont également présenté leurs produits de la mer alternatifs.

Des réunions commerciales sur les produits de la mer ont également eu lieu, dont une par le Good Food Institute Europe (GFI), l’ONG leader dans le domaine de la promotion des protéines alternatives.

Carlotte Lucas, de GFI, a donné aux participants une vue d’ensemble de l’état de l’industrie des produits de la mer alternatifs, a présenté les dernières informations concernant le marché et les consommateurs, a partagé des données sur la pêche et les océans et a discuté des mises à jour et des innovations dans le domaine des produits de la mer alternatifs.

Voici le rapport de Carlotte sur l’événement, avec l’aimable autorisation du GFI.

Revo saumon
© Revo Foods

Plonger dans l’industrie des produits de la mer alternatifs

Un voyage est en cours pour trouver de délicieux produits de la mer qui permettent de réduire la pression que nous mettons sur nos océans pour nous nourrir. Si vous choisissez d’y prendre part, vous découvrirez une abondance de nouveaux produits

Au début du mois, je me suis rendu à Fish International – l’un des plus grands salons professionnels de l’industrie européenne des produits de la mer conventionnels – pour démontrer l’énorme potentiel que les technologies véganes, de culture et de fermentation offrent aux entreprises de toutes tailles et de toutes formes qui se lancent dans le secteur des produits de la mer alternatifs.

novish
Burger de poisson végétal © Novish

Tout comme ma visite au salon de l’industrie de la viande IFFA plus tôt cette année, il s’agissait d’une excellente occasion de travailler avec l’industrie existante, une étape essentielle pour créer des choix durables qui seront attrayants et accessibles à tous.

“Il n’y a plus beaucoup de poissons dans la mer”.

Il est clair que ces produits doivent être développés rapidement, car il n’y a plus beaucoup de poissons dans la mer.

Plus de 90 % de nos océans sont aujourd’hui surexploités ou exploités jusqu’à leurs limites, alors que la demande mondiale de produits de la mer devrait augmenter de 5 % au cours de cette décennie. L’aquaculture ne devrait suivre le rythme que dans 17 pays, et 800 millions de personnes risquent de souffrir de malnutrition si les prises locales continuent de diminuer.

Bluu poisson cultivé
Bâtonnets de poisson cultivés, image de Bluu GmbH / Wim Jansen

Il est urgent de trouver des alternatives en Europe, car le continent importe trois fois plus de produits de la mer qu’il n’en produit et près de la moitié des habitats marins de l’UE ont été évalués comme étant en danger ou quasi menacés, principalement en raison de la pollution, de la pêche et de l’aquaculture.

À Fish International, j’ai donc expliqué aux participants comment le poisson végétalien et le poisson cultivé en milieu cellulaire peuvent contribuer à satisfaire la demande croissante sans nuire davantage à nos océans, mais j’ai aussi expliqué les énormes possibilités qui s’offrent à ceux qui entrent sur le marché.

Si les ventes de produits de la mer végétaliens sont actuellement faibles, elles sont en hausse. En 2020, les ventes en Allemagne s’élevaient à 1,9 million d’euros, soit une augmentation de 190 % par rapport à l’année précédente. Et selon BCG/Blue Horizon, le marché des produits de la mer alternatifs devrait se développer de 22 % entre 2020 et 2025 et de 28 % supplémentaires au cours des cinq années suivantes.

saumon cultivé
Saumon cultivé © Wildtype

La production n’étant pas limitée aux régions côtières, les coûts de transport et la détérioration sont moindres. Le marché est axé sur la demande et peut mieux résister aux chocs de la chaîne d’approvisionnement. Et comme les produits de la mer sont souvent vendus à un prix plus élevé que les viandes telles que le bœuf et le poulet, les alternatives peuvent concurrencer plus rapidement les produits de la mer conventionnels en termes de prix. De plus, grâce aux progrès de la technologie, il est possible que ces aliments soient aussi nutritifs que ceux qu’ils remplacent.

“Comme les produits de la mer sont souvent vendus à un prix plus élevé que les viandes telles que le bœuf et le poulet, les alternatives peuvent concurrencer les produits de la mer conventionnels en termes de prix plus rapidement”.

Le salon Fish International a été l’occasion de présenter aux participants des startups telles que Revo Foods, qui lancera un produit imprimé en 3D l’année prochaine, et Bluu Seafood, qui se prépare à commercialiser le premier produit de la mer cultivé au monde.

Happy Ocean Foods y présentait son nouveau produit “surf and turf” végétal, lancé en partenariat avec Beyond Meat et qui devrait être dévoilé dans les points de vente de restauration européens plus tard dans l’année.

 Happy Ocean Foods
© Happy Ocean Foods

Bien que le poisson blanc pané reste le produit le plus courant, les entreprises développent tout, du cabillaud et du saumon au homard et au caviar.

Avec des centaines de variétés de poissons dans l’océan et les progrès rapides de la technologie qui changent ce qui était jusque-là possible, il y a d’énormes possibilités d’innovation. Ainsi, les startups locales sont capables de répondre à des goûts différents ou de trouver des alternatives aux espèces menacées de surpêche.

Il était également intéressant de voir des entreprises alimentaires établies telles que Nestlé Professional et FRoSTA présenter leurs produits de la mer alternatifs.

Cela s’inscrit dans une tendance encourageante de l’arrivée de grands acteurs à bord. En août, Thai Union et Chicken Of The Sea Frozen Foods ont conclu un partenariat avec The ISH Company, et en 2021 Nomad Foods a annoncé une collaboration avec BlueNalu pour commercialiser des fruits de mer cultivés.

The ISH Food Company
© The ISH Food Company

Ce secteur est peut-être moins mature que celui de la viande ou des produits laitiers végétaliens, mais avec des investissements passant de 21 millions d’euros en 2019 à 175 millions d’euros l’année dernière, et de grandes marques mondiales qui s’impliquent, les grandes et petites entreprises peuvent avoir confiance dans les produits de la mer alternatifs.

Si l’opportunité est énorme, l’ampleur du défi ne pourrait pas être plus grande – ou plus urgente. La pêche industrielle et l’aquaculture épuisent les espèces, polluent les écosystèmes et détruisent les habitats vitaux, des récifs coralliens aux prairies sous-marines.

Les gouvernements devront investir davantage pour accélérer la recherche en libre accès et la mise sur le marché des produits de la mer cultivés, mais il faut aussi que les entreprises soient plus nombreuses.

Le fait qu’un grand salon conventionnel des produits de la mer ait accueilli des startups du secteur des protéines durables est un signe positif pour l’avenir de nos océans.

Un grand merci à Carlotte pour ce rapport et à tous les membres de GFI Europe.

Share

A la une de la Presse Végane

repas végétalien

Photo : @defaultveg sur Instagram

A la une de la Presse Végane
Dans les hôpitaux new-yorkais, les repas végétaliens deviennent l’option par défaut

ACCRO

© ACCRO

A la une de la Presse Végane
ACCRO remporte le challenge Découverte Carrefour 2022 grâce à son haché végétal

La Vie

© La Vie

A la une de la Presse Végane
La Vie™ lance une campagne d’affichage symbolique et inédite à Haarlem, première ville au monde à interdire la promotion publicitaire de viande

Interviews

Cocoriton

© Cocoriton

Interviews
Cocoriton : “En créant Cocoriton, nous voulions remettre les agriculteurs français au cœur du sujet en proposant des produits qui les rémunèrent justement et avec un véritable équilibre nutritionnel”

© Meurens Natural

Interviews
Meurens Natural : “Nous avons été les premiers à produire des sirops d’avoine qui peuvent être utilisés pour produire des boissons à base d’avoine”

Andreas Herber de BENEO

Andreas Herber © BENEO

Interviews
BENEO : “Notre sondage a révélé qu’un consommateur sur quatre dans le monde s’identifie comme flexitarien et que la moitié d’entre eux s’intéresse aux produits végétaliens”