34 politiciens demandent au Parlement européen de rejeter la “censure à l’égard des produits laitiers végétaux”



En octobre dernier, le Parlement européen a voté pour imposer d’importantes restrictions sur le marketing des alternatives végétales aux produits laitiers. Désormais, 34 députés européens ont appelés à rejeter l’amendement 171, qui, selon eux, équivaut à de la censure.

Il existe déjà des restrictions sur la façon dont les substituts laitiers peuvent être vendus, puisque l’utilisation de termes tels que “lait” et “yaourt” est interdite. Mais en vertu de l’amendement 171, les entreprises d’alternatives végétales ne pourraient pas du tout faire référence aux produits laitiers. Les expressions telles que “crémeux” ou “comme le lait” seraient interdites sur les emballages et il serait même illégal de faire référence à des données scientifiques montrant qu’un produit émet “moitié moins d’émissions que du beurre” ou d’autres données similaires.

Les descriptions purement factuelles telles que “ne contient pas de lait” ou “convient aux personnes souffrant d’intolérance au lactose” pourraient également être interdites, de même que les images d’alternatives aux produits laitiers utilisés en remplacement du lait de vache – par exemple, du lait végétal versé sur des céréales ou dans du café. Cela a provoqué l’indignation de marques telles que Oatly.

Oatly amendment 171
© Oatly

Les députés du Parlement Européen affirment que de telles restrictions menaceraient le droit des consommateurs à l’information et le droit des entreprises à une concurrence loyale. Ils soulignent également qu’il serait plus difficile pour les consommateurs de choisir des options respectueuses de l’environnement alors même que le dérèglement climatique représente une crise préoccupante. Cela serait donc en contradiction directe avec les objectifs de durabilité du Pacte vert pour l’Europe (Green Deal européen) et de la stratégie “de la fourche à la fourchette” (Farm to Fork Strategy).

Ils soutiennent que l’amendement a été adopté “silencieusement”, sans en évaluer son impact et sous l’influence conséquente du lobby des produits laitiers.

21 ONG, dont Greenpeace et WWF, se sont déjà unies pour protester contre les restrictions. L’organisation ProVeg International a également créé une pétition, qui peut être signée ici, afin de demander l’annulation de l’amendement.

“Le secteur des alternatives végétales aux produits laitiers est censuré par l’amendement 171 et nous sommes ignorés lorsque l’on tente d’expliquer les conséquences considérables de l’amendement 171 au Conseil, à la Commission et à la présidence portugaise de l’UE”, a déclaré Jasmijn de Boo, vice-présidente de ProVeg. “Nous ne pouvons qu’espérer que le bon sens prévaudra; le manque de transparence est tout simplement déraisonnable”.

Articles récents




  • Le bulletin d'information vegconomist :
    actualités pour les décideurs

    Inscrivez-vous au bulletin d'information vegconomist et recevez régulièrement les nouvelles les plus importantes du monde des produits véganes et de l'économie végane.

    Adresse e-mail non valide