Le lobby australien de la viande affirme que l’étiquetage de la viande végétale induit les consommateurs en erreur : est-ce vrai ?



L’Australian Red Meat Advisory Council (Comité consultatif australien de la viande rouge) a commandité une enquête à Pollinate et les résultats affirment que les consommateurs sont induits en erreur par la façon dont les substituts de la viande sont étiquetés et emballés.

Selon l’organisation, 60 % des personnes interrogées ont déclaré qu’elles trouvaient l’emballage trompeur, tandis que 75 % estiment qu’il ne devrait pas être légal de décrire les produits végétaliens comme de la viande. Le Conseil affirme que les personnes âgées et celles dont l’anglais n’est pas la première langue sont particulièrement susceptibles d’être induites en erreur, car les produits sont conditionnés de la même manière que la viande traditionnelle.

Ce n’est peut-être pas une coïncidence puisque le Sénat australien est sur le point d’examiner si les produits à base de viande alternative devraient avoir le droit d’utiliser des termes associés à la viande tels que “poulet” et “bœuf” sur leurs emballages. Mais l’interdiction de ces termes profiterait-elle vraiment aux consommateurs ?

Ce ne serait pas le cas selon Allen Zelden, président du forum numérique éco-conscient FUTUREVVORLD et fondateur d’Intrinity Global. Il affirme que restreindre l’utilisation de ces termes pourrait en fait créer davantage de confusion.

“Supprimer la terminologie familière ne peut que conduire à l’agitation des consommateurs, pas à la transparence”, a-t-il déclaré à Inside FMCG. Il a également remis en question les résultats de la nouvelle enquête, en se référant aux recherches commanditées par Food Frontier et Life Health Foods. Cette étude a révélé que 91 % des Australiens n’avaient jamais acheté par erreur un produit végane au lieu d’acheter de la viande et vice versa.

ProVeg veggie burger ban
© Proveg

Les tentatives précédentes visant à restreindre la terminologie utilisée pour décrire les produits à base de viande alternative ont largement échoué. Dans l’Union européenne, des lobbyistes ont tenté d’interdire l’utilisation de termes tels que “burger” et “saucisse” pour décrire des produits végétaliens, mais les restrictions proposées ont été rejetées. Certains États américains ont également tenté d’adopter des réglementations similaires, mais ils se sont attiré des réactions négatives et ont été accusés de violer les droits du premier amendement des entreprises. En France toutefois, une loi visant à interdire les termes associés à la viande a été voté en 2020.

Mais bien qu’il soit légitime de se demander si les consommateurs sont réellement trompés, pourquoi les lobbyistes de l’industrie de la viande sont-ils si déterminés à imposer des restrictions ? M. Zelden ne pense pas que la préoccupation pour le consommateur soit la motivation première.

“Étant donné la trajectoire de croissance explosive de la catégorie des aliments végétaliens en Australie, les industries de la viande, des produits de la mer et de la volaille sont sans aucun doute motivés pour limiter cette croissance afin de protéger leurs intérêts commerciaux avant ceux du consommateur”, a-t-il déclaré à Inside FMCG.

Articles récents




  • Le bulletin d'information vegconomist :
    actualités pour les décideurs

    Inscrivez-vous au bulletin d'information vegconomist et recevez régulièrement les nouvelles les plus importantes du monde des produits véganes et de l'économie végane.

    Adresse e-mail non valide