Cosmétiques et soins

90 % des consommateurs américains considèrent que la certification végane est importante pour les cosmétiques

 Selon la première étude de marché américaine de la Vegan Society, plus de la moitié des consommateurs américains souhaitent que les produits de beauté soient davantage étiquetés comme étant végétaliens.

Alors que la Vegan Society continue d’étendre sa portée mondiale, l’organisation souhaite comprendre les perceptions du véganisme et des produits véganes dans le monde entier. Pour cette raison, la Vegan Society britannique a produit un rapport intitulé “The Vegan Beauty Takeover : US Edition” (Le passage aux cosmétiques véganes aux États-Unis) en collaboration avec sa branche américaine, l’American Vegan Society.

Les résultats d’une enquête menée dans le cadre de ce rapport reflètent les conclusions d’une enquête britannique portant sur la demande des consommateurs en matière de cosmétiques véganes et sur la compréhension par les acheteurs des différences entre l’étiquetage végane et cruelty-free.

logo cruelty free
Kate Garyuk – stock.adobe.com

Dans l’industrie cosmétique, le terme “cruelty-free” (sans cruauté) fait référence soit à des produits qui n’ont pas été testés sur les animaux, soit à des produits qui ne sont pas vendus dans des zones où les tests sur les animaux après commercialisation sont exigés par la loi.

L’expression “cruelty-free” peut être trompeuse

L’expression “sans cruauté” ne dit cependant rien sur le fait que les ingrédients d’un produit sont dérivés d’animaux. À la Vegan Society, une étiquette “végane” signifie que le produit n’a pas été testé sur les animaux et ne contient pas d’ingrédients d’origine animale. Il existe souvent des malentendus sur la signification des termes “cruelty-free” et “végane”, tant chez les fabricants et les marques que chez les acheteurs.

Cette compréhension se reflète dans les résultats d’une enquête en ligne menée auprès d’un groupe d’acheteurs américains de cosmétiques et de produits ménagers. Il a été demandé aux participants ce qu’ils pensaient des différentes mentions figurant sur les produits cosmétiques et de droguerie, notamment “végane”, “cruelty-free” et “végane et cruelty-free”.

cruelty-free
© ARTFULLY-79-stock.adobe.com

Les résultats montrent que :

  • 19% des personnes interrogées ont cru à tort que “cruelty-free” signifiait que le produit ne contenait pas d’ingrédients d’origine animale.
  • Seuls 18,5 % des personnes interrogées ont correctement sélectionné le terme “végane”, qui signifie que le produit ne contient pas d’ingrédients d’origine animale et n’est pas testé sur les animaux.
  • 58 % des personnes interrogées ont correctement sélectionné l’étiquette “végane et cruelty-free”, qui signifie que le produit ne contient pas d’ingrédients d’origine animale et n’est pas testé sur des animaux.

Bien que cette dernière affirmation soit correcte, il ne devrait pas être nécessaire de faire les deux déclarations. Cependant, il n’existe pas de définition légale du terme “végane”, ainsi, l’existence de systèmes externes tels que le label Vegan Trademark pour vérifier ces affirmations est donc d’une importance capitale.

Hey Humans Déodorant
© Hey Humans

À la suite de l’exercice de perception ci-dessus, il a été demandé aux panélistes dans quelle mesure il était important pour eux que les marques vendant des cosmétiques véganes fassent certifier leurs produits par une organisation tierce, afin que les consommateurs n’aient pas à se fier uniquement à la parole du fabricant. Près de 90 % des participants ont répondu que c’était important. Parmi eux, près de 70 % ont répondu “très” ou “plutôt” important, tandis que 20 % ont répondu “assez important”.

On a demandé aux participants dans quelles catégories de produits ils souhaiteraient voir davantage d’options certifiées véganes. La réponse la plus populaire a été “tous les produits ménagers et les cosmétiques”, donnée par 56% des panélistes. Viennent ensuite les produits de soins de la peau (49 %), les produits de soins capillaires (49 %) et les déodorants (48 %).

Identification des ingrédients d’origine animale

Bien que près de la moitié (49%) aient déclaré se sentir très ou assez confiants dans l’identification des ingrédients d’origine animale dans les produits ménagers et les cosmétiques, les scores des participants pour la sélection correcte étaient très faibles.

Natural cosmetics
© Tali Russ – stock.adobe.com

On leur a demandé de choisir parmi une liste de 10 ingrédients qui, selon eux, pouvaient provenir d’animaux. Parmi les exemples, citons le suif – dérivé de la graisse des animaux de ferme – utilisé dans le savon et le maquillage, et l’œstrogène des chevaux en gestation, parfois utilisé dans les crèmes anti-âge.

Près de la moitié des personnes interrogées (48 %) ont répondu correctement que le collagène pouvait provenir d’animaux, mais 23 % seulement ont choisi correctement la cochenille, une teinture rouge obtenue en écrasant des insectes. En fait, les dix ingrédients pouvaient tous être d’origine animale et seulement un peu moins de 3 % des personnes interrogées ont choisi correctement cette réponse. Cela montre le manque de clarté des ingrédients des cosmétiques, qui peuvent apparaître sous des noms différents.

Une prise de conscience

Basée à l’origine au Royaume-Uni, la Vegan Society travaille avec son homologue américaine pour sensibiliser les industries de consommation au besoin de transparence pour les clients véganes ainsi qu’à l’exploitation et aux dommages causés par l’utilisation d’animaux dans les produits du quotidien. Afin que les produits ne soient certifiés avec le Vegan Trademark, un processus de test rigoureux garantit que les animaux n’ont pas été utilisés durant la production du produit.

vegan society
Logo végane © The Vegan Society

Katharina Eist, responsable du développement commercial international de The Vegan Society, a déclaré : “Nous aimons travailler avec des personnes partageant les mêmes idées dans le monde entier pour montrer que l’éthique et les habitudes d’achat vont de pair. Il s’agit de notre première publication en collaboration avec l’American Vegan Society et nous sommes ravis de les avoir à bord en tant que représentants du Vegan Trademark aux États-Unis, afin de contribuer à l’éducation, à la sensibilisation sur la signification du terme “végane” et de promouvoir la nécessité d’un étiquetage clair dans toutes les industries.”

“L’intérêt pour les cosmétiques véganes est plus grand que jamais – il n’y a aucune excuse pour que les animaux souffrent pour nos achats – il est temps pour l’industrie de faire du véganisme la norme,” conclut Katharina Eist.

Pour plus d’informations : vegansociety.com

Share