• Faisons le point sur la consommation de viande des Français



    “Quel regard les Français portent-ils aujourd’hui sur leur alimentation, et en particulier leur consommation de viande ? Comment veulent-ils consommer à l’avenir ?” Ce sont les deux questions auxquelles une étude d’Harris Interactive a souhaité répondre pour Réseau Action Climat, une association qui en fédère d’autres, comme Greenpeace, Terre Solidaire et WWF, autour d’un objectif commun : la lutte contre le dérèglement climatique.

    Cette étude a été réalisée au mois de février 2021 par le biais d’un questionnaire en ligne, auprès de 1063 personnes représentatives des Français âgés de 18 ans et plus. Harris Interactive précise que la méthode des quotas et redressement a été appliquée aux variables suivantes : sexe, âge, catégorie socioprofessionnelle et région de l’interviewé(e).

    Comprendre pourquoi les Français réduisent leur consommation de viande est important pour que nos lecteurs, acteurs de la transition vers une alimentation végétale, puissent faire des choix stratégiques réfléchis et basés sur les envies des consommateurs. Nous avons donc résumé dans cet article les résultats de l’étude disponible ici.

     

    Connotations liées à la viande

    Lorsque l’étude demande aux consommateurs quels mots ils associent à la viande, voici les mots qui reviennent le plus souvent : animaux, bon, manger, protéine, consommation, élevage, qualité, trop, moins, nécessaire, abattage ou encore santé. Les mots comme pollution, souffrance ou surconsommation sont revenus moins souvent.

    Dans les idées qui reviennent le plus, nous trouvons celle de consommer de manière plus raisonnée, de limiter sa consommation pour consommer de la viande de meilleure qualité mais aussi pour des enjeux environnementaux et de santé associée. Nombreux sont les consommateurs qui pensent qu’il n’est pas forcément nécessaire de consommer de la viande à chaque repas, mais certains restent persuadés que c’est un “produit indispensable pour donner les nutriments nécessaires à une alimentation équilibrée”. Les mauvaises conditions d’élevage et la souffrance animale sont aussi évoquées.

    La consommation de viande des Français

    “9 Français sur 10 déclarent consommer de la viande, mais les deux tiers déclarent ne pas en consommer tous les jours” rapporte l’étude. De plus, 48% des Français déclarent avoir réduit leur consommation de viande durant ces 3 dernières années. Ce chiffre est de 56% chez les femmes et de 58% chez les Français de plus de 50 ans.

    Le principal facteur qui incite les Français à réduire leur consommation de viande est la volonté de protéger leur santé (43% et jusqu’à 51% chez les plus de 65 ans). Comme autres facteurs s’ensuivent notamment la préoccupation pour le bien-être animal (36% et jusqu’à 42% chez les 35-49 ans), le prix coûteux de la viande (33% et jusqu’à 41% chez les parents), le facteur environnemental (33% et jusqu’à 42% pour les catégories socioprofessionnelles élevées).

    22% des consommateurs déclarent avoir diminué leur consommation de viande car ils ont trouvé des alternatives à la viande qui leur plaisent davantage.

    Au cours des trois prochaines années, 30% des consommateurs prévoient de réduire leur consommation de viande, ce chiffre s’élève même à 52% pour les consommateurs qui avaient déjà réduit leur consommation au cours des 3 dernières années.

    Harris Interactive
    © Harris Interactive

    Les Français et l’environnement

    85% des Français se disent préoccupés voire très préoccupés par les enjeux environnementaux et 70% déclarent avoir conscience que la manière dont ils consomment a un impact important sur la situation environnementale. 

    De plus, l’étude montre que l’ enjeu environnemental représente un facteur de motivation croissant qui pousse les Français à réduire leur consommation de viande.

    Mais alors, quelles alternatives sont plébiscitées par les Français ?

    Afin de compenser leur apport en protéines en cas de réduction de la consommation de viande, 77% mangeraient davantage de légumes secs ou de légumineuses, 77% mangeraient davantage de céréales et 53% consommeraient des préparations végétales peu transformées comme le tofu ou les falafels. 33% consommeraient davantage de préparations très transformées comme les steaks de soja ou les galettes de légumes.

    Enfin, seuls 25% des Français déclarent qu’ils mangeraient de la viande de synthèse (aussi appelée viande cultivée) et 23% déclarent qu’ils mangeraient des insectes.

    Concernant la viande cultivée et les préparations très transformées, l’étude observe un écart notable en fonction des âges. En effet, seulement 10% des Français de plus de 50 ans se voit manger de la viande cultivée alors que ce chiffre est de 48% chez les moins de 35 ans. Constat similaire pour les préparations très transformées qui seraient davantage consommées par 17% des plus de 50 ans mais par 47% des moins de 35 ans.

    végétal végan
    © freshidea – stock.adobe.com

    Alimentation et rôle de l’État

    Pour conclure cette étude, Harris Interactive a interrogé les Français sur le rôle de l’Etat concernant la consommation alimentaire.

    Ainsi, 60% des Français ont déclaré que les pouvoirs publics et les politiques n’interviennent pas suffisamment pour “informer les Français sur les alternatives à la consommation de la viande” et 55% pensent que l’État n’intervient pas suffisamment pour “encourager les Français à consommer moins de viande”. De plus, 57% des Français pensent que l’État devrait informer les Français sur l’impact écologique de la consommation de viande et 53% pensent qu’il devrait intervenir pour que les Français soient mieux informés sur la valeur nutritionnelle des aliments. 83% des Français sont également favorables à des mesures politiques visant à limiter la présence d’exploitation animale intensive et industrielle.

    élevage intensif
    © Dusko – stock.adobe.com

    Enfin, l’étude aborde un sujet que nous évoquions la semaine dernière – celui des repas végétariens dans les cantines – et rapporte que 71% des Français se disent favorables à une obligation de proposer une option végétarienne équilibrée à chaque repas.

  • Articles récents




  • Le bulletin d'information vegconomist :
    actualités pour les décideurs

    Inscrivez-vous au bulletin d'information vegconomist et recevez régulièrement les nouvelles les plus importantes du monde des produits véganes et de l'économie végane.

    Adresse e-mail non valide
  • Le bulletin d'information vegconomist :
    actualités pour les décideurs

    Inscrivez-vous au bulletin d'information vegconomist et recevez régulièrement les nouvelles les plus importantes du monde des produits véganes et de l'économie végane.

    Adresse e-mail non valide