Etudes et Statistiques

Un consommateur britannique sur quatre a désormais réduit sa consommation de produits animaux

En réponse à la “nouvelle normalité”, près d’un quart des consommateurs britanniques réduisent leur consommation de produits animaux, selon une nouvelle étude de la Vegan Society. Avec la pandémie de Covid-19 comme principal moteur, 17% des Britanniques ont activement réduit leur consommation de viande, tandis que 8% ont réduit leur consommation de produits laitiers et/ou d’œufs.

Les dernières recherches sur l’évolution des habitudes d’achat et d’alimentation depuis le début de la pandémie montrent que près d’un Britannique sur quatre (23 %) a réduit sa consommation de produits d’origine animale. Ces chiffres incluent également 6 % de consommateurs qui ont réduit leur consommation de poissons et de fruits de mer. Plus de la moitié (53 %) des consommateurs réduisant leur consommation de produits animaux ont révélé qu’ils avaient essayé des alternatives à la viande pendant le confinement, la majorité (78 %) déclarant qu’ils continueraient à en acheter.

Vegan Society
Image fournie par la Vegan Society

Les légumes secs et le tofu sont également des produits très appréciés des consommateurs réduisant leur consommation de viande. Les trois principales raisons de la réduction des produits d’origine animale sont les préoccupations de santé (36%), les raisons environnementales (28%) et les questions de droits des animaux (20%). L’inflation a également été un facteur important qui y a contribué. Ces chiffres, comparés à ceux d’études antérieures, révèlent une tendance à la hausse constante et confirment d’autres résultats, tels qu’un rapport récent révélant que 50 % des Britanniques seront végétaliens ou végétariens d’ici 2040.

“Ces trois études montrent que les événements de ces deux dernières années ont montré aux acheteurs qu’il existe des modes de vie plus éthiques et plus compatissants – et de nos jours, les supermarchés ne sont que trop heureux de les proposer”, a déclaré Louisianna Waring de la Vegan Society.

Share

A la une de la Presse Végane

Interviews