Alimentation cultivée

Des scientifiques utilisent des algues pour développer un filet de bar cultivé sans os

Des scientifiques de l’Université de Lisbonne ont lancé un projet appelé Algae2Fish, dans le but de développer un filet de bar cultivé sans os. Le projet a été rendu possible grâce au financement du Good Food Institute.

Le professeur associé Frederico Ferreira, de l’Institut de bio-ingénierie et de biosciences de l’université, dirigera une équipe de scientifiques travaillant sur le projet. Ils utiliseront des cellules de poisson pour faire pousser un filet de bar cultivé exempt de mercure et de microplastiques souvent présents dans le poisson conventionnel.

La technologie d’impression 3D sera utilisée pour produire des échafaudages qui donneront au filet sa structure, reproduisant la texture fibreuse du poisson. Les échafaudages seront formés à partir de matériaux provenant d’algues et de plantes, les algues apportant de précieux acides gras oméga-3 comme ceux que l’on trouve dans le poisson conventionnel.

Diana Marques, membre de l’équipe de recherche, crée un échafaudage d’algues. © GFI/Université de Lisbonne

Les échafaudages imprimés en 3D sont de plus en plus populaires comme méthode de production d’alternatives à la viande et aux fruits de mer. MeaTech 3D utilise cette technologie pour produire des morceaux de viande cultivée de première qualité, tandis que Redefine Meat prévoit d’ouvrir un site de production à grande échelle pour y installer ses imprimantes 3D industrielles de viande alternative. Quant à la société SavorEat, elle utilise un “robot cuisinier” pour produire des hamburgers véganes imprimés en 3D.

Si le projet Algae2Fish est couronné de succès, les scientifiques de l’université de Lisbonne pourraient commencer à travailler avec des entreprises du secteur de l’alimentation cultivée dans le monde entier pour les aider à intégrer la technologie dans leurs produits. Les entreprises seront en mesure d’utiliser des algues d’origine locale pour leurs échafaudages, ce qui augmentera la durabilité du produit final.

“J’aime le poisson, je viens d’un pays qui aime le poisson, et je veux continuer à en manger. La pêche durable à petite échelle a un rôle à jouer, mais si nous voulons que tout le monde continue à apprécier le poisson, nous ne pouvons pas poursuivre la pêche en haute mer qui cause tant de dommages aux écosystèmes océaniques”, a déclaré le professeur associé Frederico Ferreira.

Share

A la une de la Presse Végane

repas végétalien

Photo : @defaultveg sur Instagram

A la une de la Presse Végane
Dans les hôpitaux new-yorkais, les repas végétaliens deviennent l’option par défaut

ACCRO

© ACCRO

A la une de la Presse Végane
ACCRO remporte le challenge Découverte Carrefour 2022 grâce à son haché végétal

La Vie

© La Vie

A la une de la Presse Végane
La Vie™ lance une campagne d’affichage symbolique et inédite à Haarlem, première ville au monde à interdire la promotion publicitaire de viande

Interviews

Cocoriton

© Cocoriton

Interviews
Cocoriton : “En créant Cocoriton, nous voulions remettre les agriculteurs français au cœur du sujet en proposant des produits qui les rémunèrent justement et avec un véritable équilibre nutritionnel”

© Meurens Natural

Interviews
Meurens Natural : “Nous avons été les premiers à produire des sirops d’avoine qui peuvent être utilisés pour produire des boissons à base d’avoine”

Andreas Herber de BENEO

Andreas Herber © BENEO

Interviews
BENEO : “Notre sondage a révélé qu’un consommateur sur quatre dans le monde s’identifie comme flexitarien et que la moitié d’entre eux s’intéresse aux produits végétaliens”