Ingrédients

La startup française Yeasty lève 1,4 million d’euros pour accélérer la transition alimentaire grâce à ses protéines issues des levures de bière

Yeasty, la startup française qui propose aux industriels de l’agroalimentaire une source alternative de protéines issue des levures de bière non utilisées, vient de boucler son premier tour de table de 1,4 million d’euros auprès de 40 fonds d’investissements. L’objectif de la startup est d’augmenter ses capacités de production afin de développer de nouveaux produits pour le compte d’industriels de l’agroalimentaire.

Créée en 2021, Yeasty s’inscrit au cœur des enjeux de revalorisation de l’économie circulaire et de la transition alimentaire. Son objectif est de revaloriser une manne non-utilisée, la levure de bière. Celle-ci est récupérée auprès de brasseurs pour être transformée en une protéine nutritionnelle, durable et accessible.

La farine de levure produite par Yeasty est un ingrédient 100% naturel qui contient 50% de protéines, tous les acides aminés essentiels, près de 20% de fibres, et qui constitue une source de vitamines et de minéraux. Son goût umami qui donne des notes viandées ou fromagères est un atout dans la formulation de produits finis tels que des alternatives à la viande ou aux produits laitiers.

bière Quorn x BrewDog
© Quorn x BrewDog

Avec un produit unique et une technologie inédite, la foodtech ambitionne de devenir leader sur le marché de la protéine végétale. Lauréate du label French Tech Seed AgriO 2022, la protéine de Yeasty a déjà convaincu plus de 40 investisseurs.

La startup cible une pluralité d’acteurs de l’industrie l’agro-alimentaire pour différents usages : alternatives végétariennes/flexitariennes à la viande, nutrition sportive, dénutrition sous-nutrition ainsi que les marchés de la panification, des féculents protéines, des biscuits, des fromages et des œufs alternatifs.

© Yeasty
© Yeasty

Ce premier tour de table va permettre à Yeasty d’accompagner les principaux acteurs de l’industrie agroalimentaire dans le développement de nouvelles denrées, et en parallèle de multiplier les partenariats avec les brasseurs pour contribuer à recycler la levure de bière. Pour répondre à la demande, la startup prévoit la construction d’un site industriel capable de produire 5 000 tonnes de levure par an à l’horizon 2025.

“La protéine de levure de bière développée par Yeasty réussit la prouesse technologique de l’élimination de l’amertume. Elle permet aux acteurs de l’industrie agroalimentaire de proposer aux consommateurs des produits responsables et nutritifs dans un contexte de transition alimentaire, sans faire de compromis sur le plaisir et le goût”, explique Juan Londono, cofondateur de Yeasty.

Share