Un rapport de ProVeg révèle l’impact de la guerre en Ukraine sur le secteur végétal



Alors que le conflit se poursuit en Ukraine, l’organisation de sensibilisation à l’alimentation végétale ProVeg International a interrogé les entreprises européennes de produits véganes sur les impacts de la crise sur l’industrie végétale.

Le rapport, qui a porté sur 31 pays européens entre le 1er et le 20 avril, révèle que 61 % d’entre elles ont constaté une hausse des prix des matières premières et des pénuries d’approvisionnement. On constate notamment une pénurie d’huile de tournesol, l’Ukraine étant le premier exportateur mondial d’huile de tournesol.

  • 61% ont signalé une hausse des prix des matières premières.
  • 61% ont signalé une pénurie de matières premières.
  • 64% ont signalé une hausse des coûts de l’énergie et du transport.
  • 64 % ont fait état d’un manque de disponibilité des moyens de transport et des chauffeurs routiers.
  • 59 % pensent que la hausse des prix des ingrédients et de l’énergie entraînera une augmentation du prix des produits.
  • 69 % ont déclaré qu’il restera difficile de recruter des travailleurs qualifiés pour le secteur.

Des effets positifs

D’un autre côté, le rapport a également constaté que les marques d’aliments véganes s’unissent pour former des partenariats plus étroits afin de surmonter les défis soulevés par le conflit. Avec des impacts tels que la hausse des coûts et les perturbations de l’approvisionnement, les entreprises végétaliennes travailleraient en collaboration avec d’autres marques pour résoudre les problèmes : 50 % des personnes interrogées ont déclaré travailler plus étroitement avec les autres marques, les clients et le personnel interne, et 61 % pensent que la crise va accélérer la transition vers l’énergie verte.

Des solutions durables

ProVeg a suggéré trois recommandations à la lumière de la guerre en cours. Premièrement, que l’UE continue à mettre en œuvre sa stratégie durable de la fourche à la fourchette. ProVeg appelle également à la fin de la discrimination de la TVA pour les produits laitiers alternatifs (souvent taxer à 20% au lieu de 5,5%). Troisièmement, il convient d’apporter un soutien gouvernemental aux entreprises véganes lorsque cela est nécessaire.

“Nous voyons tous que la guerre a un effet dévastateur sur la vie de nombreuses personnes en Ukraine”, a déclaré Stephanie Jaczniakowska-McGirr, responsable internationale de l’industrie alimentaire et de la vente au détail chez ProVeg. “La guerre a également eu un impact majeur sur le secteur des produits véganes, qui est confronté à des défis en termes d’approvisionnement en ingrédients, même si nous savons que cela affectera l’industrie alimentaire dans son ensemble et pas seulement les entreprises véganes. Il est bon de voir que les entreprises unissent leurs forces pour surmonter ces défis.”

Articles récents




  • Le newsletter vegconomist :
    actualités pour les décideurs

     

    Inscrivez-vous au newsletter vegconomist et recevez régulièrement les nouvelles les plus importantes du monde des produits véganes et de l'économie végane.


    Je ne reçois pas la newsletter vegconomist, que puis-je faire ?


    Cliquez ici pour ajouter vegconomist à votre liste de contacts mails pour être sûr.e.s de bien recevoir notre newsletter.

    Adresse e-mail non valide
  • Le newsletter vegconomist :
    actualités pour les décideurs

     

    Inscrivez-vous au newsletter vegconomist et recevez régulièrement les nouvelles les plus importantes du monde des produits véganes et de l'économie végane.


    Je ne reçois pas la newsletter vegconomist, que puis-je faire ?


    Cliquez ici pour ajouter vegconomist à votre liste de contacts mails pour être sûr.e.s de bien recevoir notre newsletter.

    Adresse e-mail non valide