La génération Z met l’industrie de la boisson à l’épreuve



La demande de boissons saines et respectueuses de l’environnement est de plus en plus forte, notamment parmi la jeune génération. Cela peut expliquer pourquoi les petites marques vendent de plus en plus leurs produits dans des bouteilles en verre. “L’avenir de l’industrie dépendra de façon décisive de la capacité à répondre aux demandes des jeunes clients”, déclare Axel Erhard, expert en biens de consommation et partenaire du cabinet américano-suisse de conseil en gestion A.T. Kearney.

Une récente étude d’A.T. Kearney a analysé l’avenir de l’industrie des boissons. Outre les domaines des produits, de la chaîne d’approvisionnement et des marques, l’étude a également examiné le comportement de consommation de boissons de la génération Z, c’est-à-dire des clients nés entre 1998 et 2017. Un des résultats : dans leur consommation, les jeunes sont de plus en plus guidés par leurs propres valeurs. Outre les produits personnalisés et l’authenticité, ils accordent encore plus d’importance au régionalisme que leurs prédécesseurs, notamment en ce qui concerne les boissons. Ainsi, l’eau minérale se classe au deuxième rang des groupes de produits pour lesquels les marques régionales sont préférées.

© obs/A.T. Kearney/A.T. Kearnez
Future of Beverage Generation Z © obs/A.T. Kearney/A.T. Kearnez

“La génération Z se caractérise également par une forte sensibilisation à la santé. Cela se ressent sur le marché des sodas traditionnels et des boissons alcoolisées – il se rétrécit”, explique Erhard. En outre, il y a une pression réglementaire de la part des politiques, par exemple à travers la taxation du sucre. Les consommateurs le ressentent et cherchent des alternatives.

Outre les considérations de santé et de régionalité, les jeunes consommateurs choisissent également leurs boissons en fonction de la marque, mais ils optent de plus en plus pour des marques plus petites. Par exemple, 52 % des consommateurs de la génération Z en Allemagne ont peu ou pas confiance dans les grandes marques. Seuls 17 % d’entre eux disent la même chose des petites marques. Pour une génération qui est surtout en ligne, de plus en plus de producteurs se concentrent sur la vente directe ; AmazonFresh et la startup allemande Flaschenpost, en pleine expansion, montrent la voie. Ils proposent un large choix de petites marques, livrent directement au client et ont également de plus en plus de marques de distributeur dans leurs gammes. “Les fabricants de boissons établis devraient analyser l’image des petites marques à croissance rapide et identifier leurs points forts. En matière de vente et de marketing, ils peuvent encore beaucoup apprendre d’eux”, déclare M. Erhard.

Articles récents




  • Le bulletin d'information vegconomist :
    actualités pour les décideurs

    Inscrivez-vous au bulletin d'information vegconomist et recevez régulièrement les nouvelles les plus importantes du monde des produits véganes et de l'économie végane.

    Adresse e-mail non valide