Wall St Journal : Nous vous exhortons, pour le bien de la planète, à rectifier les fausses informations publiées



Ce qui suit est une lettre ouverte de ProVeg International au Wall Street Journal, en réponse à la désinformation imprimée dans l’annonce en pleine page sponsorisée intitulée “Beefing up Sustainability” du samedi 14 août.

Cher Wall Street Journal, Cher Monsieur Murray,

Nous avons reçu la publicité ci-jointe, qui contient des manipulations scientifiques et qui a été publiée dans une récente édition du Wall Street Journal. Nous aimerions vous demander votre aide pour rectifier cette publicité, car continuer à promouvoir la consommation de viande bovine causera d’énormes dommages à notre planète.

Cette publicité est basée sur des données douteuses, elle n’est pas crédible et contredit les données soutenues par les rapports scientifiques internationaux et les données présentées par des institutions comme la FAO, le PNUE et le GIEC (principales sources de données internationales).

wall street journal
© Cattlemen’s Beef Board et National Cattlemen’s Beef Association

L’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), par exemple, affirme que :

Les émissions totales du bétail mondial : 7,1 gigatonnes de Co2-équiv par an, représentant 14,5 % de toutes les émissions anthropiques de GES (Gaz à Effet de Serre)… Les bovins (élevés à la fois pour la viande de bœuf et le lait, ainsi que pour des produits non comestibles comme le fumier et la force de traction) sont l’espèce animale responsable du plus grand nombre d’émissions, représentant environ 65 % des émissions du secteur de l’élevage… La production et la transformation des aliments pour animaux (ce qui inclut le changement d’affectation des terres) et la fermentation entérique des ruminants sont les deux principales sources d’émissions, représentant respectivement 45 et 39 % des émissions totales.

Les chiffres américains relatifs à la production animale sont moins élevés, mais ils ne tiennent généralement pas compte des émissions causées ailleurs, par exemple pour la production d’aliments pour animaux, généralement en Amérique du Sud, qui sont un facteur clé des émissions de gaz à effet de serre.

En outre, passer à un régime végétalien pourrait réduire les émissions liées à l’alimentation jusqu’à 50 %.

ProVeg International
Image fournie par ProVeg International

Nous venons de lancer Diet Change Not Climate Change (que l’on pourrait traduire par “Oui au changement de régime, non au changement climatique“), qui représente fidèlement les faits.

Nous aimerions que la publicité soit rectifiée, car il est inacceptable qu’une publication médiatique respectable, telle que le Wall Street Journal, participe activement à la diffusion de données trompeuses et reçoive de l’argent pour cela, accélérant ainsi la destruction de notre planète.

Nous préférerions que le Wall Street Journal se dissocie de cette publicité, et qu’il confirme qu’il ne fera plus de publicité pour de telles données trompeuses.

Nous vous serions reconnaissants de bien vouloir transmettre ce message au service compétent du WSJ.

Veuillez agréer, Madame, Monsieur, l’expression de nos sentiments distingués,

Jasmijn de Boo,
Vice-président, ProVeg International

Articles récents




  • Le bulletin d'information vegconomist :
    actualités pour les décideurs

    Inscrivez-vous au bulletin d'information vegconomist et recevez régulièrement les nouvelles les plus importantes du monde des produits véganes et de l'économie végane.

    Adresse e-mail non valide