Alimentation cultivée

Le ministère de la Santé du Japon entame le processus d’approbation réglementaire de la viande cultivée

Alors que les entreprises de viande cultivée du monde entier attendent l’approbation réglementaire pour la commercialisation de leur véritable viande cultivée à partir de cellules, le gouvernement japonais a entamé le processus d’approbation pour le pays. Le ministère japonais de la santé, du travail et du bien-être va former une équipe d’experts pour étudier la sécurité de la viande cultivée et son processus de production.

Comme l’a d’abord rapporté Japan News, l’équipe d’experts, qui s’inscrit dans le cadre des efforts visant à déterminer les réglementations nécessaires, sera créée au cours de l’année fiscale en cours afin d’examiner si le processus de culture comporte des risques susceptibles d’affecter la santé humaine. Il s’agit de l’une des premières étapes vers la commercialisation et l’industrialisation éventuelles de la viande cultivée au Japon.

Nissin Foods
© Nissin Foods

La loi japonaise sur l’hygiène alimentaire stipule actuellement les méthodes de production, de traitement et de distribution de la viande au Japon, mais le ministère n’a pas placé la viande cultivée sous cette loi et il y a un manque de clarté réglementaire pour les futurs producteurs. L’équipe d’experts et le ministère discuteront des moyens à mettre en place afin de garantir la sécurité de cette industrie émergente, sur la base de son rapport et de la réglementation de la viande cultivée dans d’autres pays.

La viande cultivée au Japon

En 2020, Singapour a donné son accord à la vente de poulet cultivé développé par la société américaine Eat Just. Depuis lors, Singapour est devenu un centre pour le développement des protéines alternatives, tandis que le Japon, réputé pour ses innovations technologiques, est quelque peu resté à la traîne. Néanmoins, la société japonaise de plats cuisinés Nissin Foods s’est récemment associée à l’université de Tokyo pour créer ce qu’elle affirme être la première viande cultivée du Japon.

De son côté, IntegriCulture, spécialiste japonais de la commercialisation de la viande cultivée, a récemment levé 7 millions de dollars de fonds en série A-plus pour le développement de ses milieux de croissance abordables et d’autres solutions technologiques pour le secteur de l’agriculture cellulaire, comme son système CulNet. Dans une interview accordée à vegconomist, le fondateur d’IntegriCulture, Yuki Hanyu, a expliqué que dans le système CulNet, “l’hormone de croissance qui est achetée de l’extérieur avec la viande de culture conventionnelle, c’est-à-dire collectée auprès des animaux, est fabriquée à l’intérieur de la machine.”

Share

A la une de la Presse Végane

Interviews