Le mouvement “No Shit Food” a été fondé aux Pays-Bas pour rendre les légumes végétaliens



Cette semaine, l’agriculteur végétalien Joost van Strien terminera la toute première récolte d’oignons certifiés végétaliens dans sa ferme des Pays-Bas. Cette récolte marque le début de “No Shit Food”, une nouvelle norme durable selon laquelle les agricultures utilisent exclusivement des engrais végétaux.

Dans son exploitation agricole Zonnegoed à Ens, dans la région de Flevopolder, Joost fait partie des premiers agriculteurs dont le travail est à la fois biologique et entièrement végétal. Son mouvement “No Shit Food” a été lancé le lundi 2 août, dans le but de faire des fruits et légumes végétaliens une nouvelle norme en matière d’alimentation durable.

Les nouveaux agriculteurs végétaliens

Les consommateurs peuvent déjà acheter des légumes certifiés végétaliens en Allemagne, en Suisse et en Grèce, sous le label “agriculture biocyclique végétalienne”. Toutefois, si vous demandez des légumes végétaliens aux Pays-Bas, vous ne trouverez que des sourcils froncés et des regards interrogatifs. Les avantages d’une culture sans fumier d’élevage sont pourtant considérables. Aux Pays-Bas, seule une poignée d’exploitations travaillent avec ces méthodes et Zonnegoed est la première à porter le label. Satisfaits des résultats qu’ils obtiennent avec l’agriculture biocyclique végétalienne, ils désirent agir pour remédier à son manque de visibilité et de notoriété. C’est ainsi qu’est né le mouvement “No Shit Food”.

noshit poster
© No Shit Food

Nouvelle norme en matière de culture durable

“No Shit” est un mouvement qui promeut les légumes biologiques qui ne dépendent pas de fumier animal. En découplant les cultures arables des engrais et de l’élevage animal, vous faites des progrès considérables en matière d’impact environnemental : avec “No Shit”, moins d’eau est nécessaire pour la culture des légumes, leur production est neutre sur le plan climatique et elle lutte contre la surfertilisation, la salinisation et la désertification.

La culture végétalienne est également intéressante du point de vue de la sécurité alimentaire. 80 % des terres agricoles disponibles sont utilisées pour nourrir le bétail, alors que les produits animaux ne fournissent que 20 % des calories. Si tout le monde passait à un régime végétalien, nous n’aurions besoin que d’un cinquième des terres agricoles actuellement utilisées pour nourrir le monde. Mais il faut aussi cultiver les fruits et légumes sans fumier animal.

En faveur des légumes végétaliens

Une étude de huit ans sur la culture des légumes, publiée début 2021, montre que la fertilité du sol peut être maintenue et élevée en utilisant uniquement de l’engrais végétal. Les agriculteurs de Zonnegoed constatent chaque jour de leurs propres yeux la valeur de la méthode de travail “No Shit” :”La structure du sol et la biodiversité s’améliorent, et nous constatons que les cultures poussent très bien avec moins d’eau. La récolte est égale à celle que nous obtenions auparavant avec la culture biologique utilisant du fumier animal.”

Tous ceux qui pensent que les légumes végétaliens sont l’avenir peuvent suivre le mouvement sur noshitfood.nl et aider ce mouvement à se faire connaître en partageant ces informations sur les réseaux sociaux. “La culture bicyclique végétalienne a tellement d’avantages. Le défi auquel nous sommes maintenant confrontés est que très peu de personnes ont connaissance de son existence, y compris parmi les agriculteurs. Nous espérons que cela changera bientôt.”

Vous pouvez lire le rapport de recherche de Planty Organic ici (en néerlandais).

Suivez également le mouvement “No Shit Food” sur Instagram, Facebook et LinkedIn.

Articles récents




  • Le bulletin d'information vegconomist :
    actualités pour les décideurs

    Inscrivez-vous au bulletin d'information vegconomist et recevez régulièrement les nouvelles les plus importantes du monde des produits véganes et de l'économie végane.

    Adresse e-mail non valide