Etudes et Statistiques

Une nouvelle étude révèle une forte demande de viande végétale au Kenya, au Nigeria et en Égypte

Une nouvelle étude a révélé une forte demande et l’acceptation de la viande végétale par les consommateurs dans une série de pays africains, notamment au Kenya, au Nigeria et en Égypte. Les résultats suggèrent une solution viable basée sur le marché pour atténuer les effets de la hausse de la consommation de viande et accélérer le secteur émergent des protéines alternatives sur le continent.

“Les trajectoires de croissance démographique dans le monde – et en Afrique en particulier – laissent entrevoir des défis imminents en matière de sécurité alimentaire”.

La nouvelle étude, réalisée par le groupe nord-américain North Mountain Consulting Group et l’institut sud-africain Credence, a révélé que quatre personnes sur cinq de la génération Z et des milléniaux sont très susceptibles d’essayer la viande végétale au Kenya et au Nigeria, tandis qu’en Égypte, trois personnes sur cinq sont très susceptibles de le faire. L’Afrique a historiquement été sensible aux perturbations liées à la sécurité alimentaire, ainsi, les solutions végétales représentent une source potentielle de sécurité alimentaire accrue.

Viande végétale en Afrique
© Credence Institute

Les données montrent à quel point les familles à revenu moyen inférieur constituent un important marché émergent pour les protéines alternatives dans les pays. Le Kenya offre l’opportunité la plus prometteuse pour l’adoption de la viande végétale, puisque de nombreux consommateurs limitent leur consommation de viande. Le Nigeria offre également des taux d’acceptation élevés dans un pays où la consommation de viande est importante. Alors que les taux d’acceptation étaient comparativement modestes en Égypte, un plus grand choix en supermarché pourrait être avantageux pour l’intégration des viandes alternatives.

Les protéines alternatives pour atténuer les effets de la croissance démographique

“Les trajectoires de croissance démographique dans le monde – et en Afrique en particulier – laissent entrevoir des problèmes de sécurité alimentaire imminents. Notre recherche a exploré le potentiel d’adoption des protéines alternatives au Kenya, au Nigeria et en Égypte”, a déclaré le Dr Keri Szejda, chercheur principal du North Mountain Consulting Group.

“La consommation de viande devrait augmenter considérablement dans de nombreux pays africains au cours des prochaines décennies, ce qui aurait de graves conséquences sur le bien-être des animaux, la sécurité alimentaire, la santé publique et l’environnement. Nos travaux au Kenya, au Nigeria et en Égypte ont révélé que la viande végétale et d’autres protéines alternatives pourraient contribuer à atténuer certains de ces effets, car les consommateurs sont prêts à adopter ces produits”, a ajouté Moritz Stumpe, chercheur à l’Institut Credence.

Share

A la une de la Presse Végane

Interviews