Des producteurs de viande cultivée sont présents sur tous les continents. Par conséquent, l’approbation réglementaire est-elle proche ?



Un nouveau rapport d’IDTechEx a analysé l’évolution de la technologie de la viande cultivée et son potentiel d’approbation réglementaire dans le monde.

En Amérique du Nord

Il existe désormais des entreprises de viande cultivée sur tous les continents, à l’exception de l’Antarctique, mais elles ne sont pas réparties de manière égale. Avec 40 %, l’Amérique du Nord compte de loin le plus grand nombre de producteurs. Le continent a également une part disproportionnée (57%) des investissements.

Cela a donné lieu à des spéculations selon lesquelles les États-Unis pourraient être le prochain pays à accorder une autorisation réglementaire à la viande cultivée. Des rumeurs indiquent même que cette démarche est en cours. Comme l’expliquait un précédent rapport de Lux Research, les produits de la mer cultivés seront probablement approuvés plus facilement, car ils sont uniquement réglementés par la FDA, sans implication de l’USDA.

bluenalu
© BlueNalu

En Asie

Le marché asiatique est également très prometteur. Lorsqu’on les additionne, les régions Asie-Pacifique et Moyen-Orient comptent 30 % des producteurs mondiaux de viande cultivée et 22 % des financements. Proportionnellement, le Moyen-Orient a une part plus importante du financement, bien que cela puisse être dû aux coûts de production qui sont plus élevés dans la région.

En décembre dernier, Singapour a fait les gros titres en devenant le premier pays à accorder l’agrément réglementaire à une entreprise de viande cultivée. Eat JUST a ensuite testé son poulet cultivé dans un restaurant du pays, bien qu’elle ait dû vendre le produit à perte pour le rendre abordable.

L’entreprise israélienne SuperMeat a également testé la viande cultivée dans sa cuisine d’essai, mais le produit n’a pas encore reçu d’autorisation réglementaire. La semaine dernière, Isaac Herzog, le président du pays, est devenu le premier président à goûter de la viande cultivée.

IDTechEx
© IDTechEx

En Europe

L’Europe abrite Mosa Meat, l’une des plus grandes entreprises de viande cultivée au monde. Le continent dispose également d’une voie relativement bien définie pour l’approbation réglementaire. L’UE a déjà accordé des subventions à des chercheurs spécialisés dans la viande cultivée, ce qui laisse penser qu’elle est ouverte au concept.

Toutefois, les lobbies européens de la viande et des produits laitiers ont tenté de limiter la commercialisation des produits végétaliens. Il est donc à craindre que la viande cultivée se heurte à des obstacles similaires.

L’Amérique du Sud et l’Afrique

L’Amérique du Sud compte désormais sa première startup de viande cultivée, l’entreprise argentine Cell Farm Food Tech. Parallèlement, un producteur de viande brésilien tente de lancer la viande cultivée dans le pays, en collaboration avec Aleph Farms.

L’Afrique abrite une seule startup dans le domaine de la viande cultivée, la société sud-africaine Mzansi Meat. Toutefois, les problèmes d’infrastructure et de coût rendront probablement difficile un lancement commercial sur le continent.

“Bien que des pays comme Singapour et Israël aient des paysages réglementaires favorables, ces petits marchés ne seront pas suffisants pour une adoption généralisée et une pénétration du marché”, a déclaré le chercheur Harini Venkataraman, auteur du rapport de Lux Research. “Les nations les plus grandes devront supprimer les obstacles réglementaires pour débloquer un marché de masse.”

Articles récents




  • Le bulletin d'information vegconomist :
    actualités pour les décideurs

    Inscrivez-vous au bulletin d'information vegconomist et recevez régulièrement les nouvelles les plus importantes du monde des produits véganes et de l'économie végane.

    Adresse e-mail non valide
  • Le bulletin d'information vegconomist :
    actualités pour les décideurs

    Inscrivez-vous au bulletin d'information vegconomist et recevez régulièrement les nouvelles les plus importantes du monde des produits véganes et de l'économie végane.

    Adresse e-mail non valide