Etudes et Statistiques

Un rapport examine la manière la plus équitable de faire passer les pays à revenu élevé à un régime alimentaire végétal

Un rapport de l’Institut de l’environnement de Stockholm (SEI) a évalué la meilleure façon pour les pays à haut revenu de passer de l’agriculture animale industrialisée à une alimentation végétale.

Tout en citant des preuves solides que cette transition sera nécessaire dans la lutte contre le changement climatique, le rapport examine comment elle peut se faire de manière équitable, avec des coûts et des avantages répartis de manière égale. Cet aspect sera important pour obtenir le soutien du public en faveur des politiques encourageant la réduction de la viande, en particulier parmi ceux qui travaillent dans l’agriculture animale ou qui considèrent la viande comme un élément important de leur régime alimentaire et de leur culture.

cochons en cage
Image fournie par Coller Foundation

Selon le SEI, le concept de transition juste est largement reconnu dans le secteur de l’énergie, mais n’a été envisagé que récemment dans le contexte de l’industrie alimentaire. Le rapport de l’institut examine quelles parties prenantes seraient les plus touchées par une transition vers des régimes alimentaires véganes et qui jouerait les rôles les plus importants. Dans cette optique, il énonce les cinq principes suivants à l’intention des décideurs politiques.

  1. Abandonner progressivement les politiques existantes qui soutiennent l’industrie de la viande, telles que les subventions.
  2. Soutenir des alternatives à la viande durables et respectueuses des animaux.
  3. Garantir des processus de planification inclusifs et participatifs.
  4. Offrir un soutien aux parties prenantes de l’industrie de la viande pour compenser tout impact négatif des étapes précédentes.
  5. S’attaquer aux causes profondes des injustices dans le secteur de la viande.

Ces étapes sont examinées plus en détail dans le rapport complet, disponible sur le site internet de SEI.

champs
© ADM

La transition vers les protéines alternatives

Selon un rapport publié en juillet, le passage aux protéines alternatives est la solution la plus efficace pour lutter contre le changement climatique. Selon les chiffres, les investissements dans les protéines végétales ont au moins deux fois plus d’impact que ceux dans le ciment, le fer, l’acier, les produits chimiques ou les transports durables.

En parallèle, des villes du monde entier, dont Haywards Heath au Royaume-Uni et Los Angeles aux États-Unis, votent en faveur du traité Plant-Based. Cet accord appelle à un passage à des régimes alimentaires végétaliens, à la fin de la déforestation et à l’arrêt de l’expansion de l’agriculture animale.

Un changement d’attitude a également été constaté lors de la conférence sur l’avenir de l’Europe, une initiative européenne menée par des citoyens, qui s’est tenue plus tôt cette année. Les participants ont réclamé avec insistance une transition vers des régimes alimentaires durables, une alimentation végétale et une amélioration du bien-être animal.

“La conférence sur l’avenir de l’Europe a permis aux citoyens européens d’exprimer une fois de plus leurs préoccupations concernant notre système alimentaire actuel. Nous attendons que ces demandes légitimes et opportunes soient transformées en dispositions politiques tangibles par les institutions européennes”, a déclaré Olga Kikou, responsable de Compassion in World Farming EU.

Share