• La société sud-africaine Mogale Meat est sur le point de rendre la viande cultivée “accessible à tous” en Afrique



    La société sud-africaine de technologie alimentaire cellulaire Mogale Meat travaille sur des solutions pour faire face aux problèmes de sécurité alimentaire en Afrique. Elle a pour objectif de contribuer de manière significative à l’alimentation du prochain milliard de personnes avec de la viande créée à partir de cellules d’antilopes et de bovins en liberté.

    Lancée en 2020, Mogale Meat est soutenue par deux investisseurs en capital-risque basés aux États-Unis : Sustainable Food Ventures, fondé par Ryan Bethencourt, et CULT Food Science. Mogale Meat rejoint le pionnier sud-africain de la technologie alimentaire Mzansi Meat, qui vise le marché africain avec de la viande cultivée.

    S’adressant à vegconomist, Brett Thompson, PDG de Mzansi Meat, a souligné les avantages considérables de la biodiversité africaine pour produire de la viande cultivée, en commentant : “Nous avons la chance, en Afrique, de pouvoir choisir parmi un si grand nombre d’espèces domestiques et sauvages et de les relier aux différentes exigences nécessaires pour produire une viande saine et équilibrée.”

    Mogale Meat infographique
    © Mogale Meat

    Mzansi Meat se concentre actuellement sur la culture cellulaire de produits carnés courants, tels que le bœuf et le poulet. Mogale Meat rejoint l’espace cellulaire avec l’ambition claire de se concentrer sur les espèces sauvages africaines, notamment l’antilope. Le Dr Paul Bartels, PDG de la société, est un vétérinaire spécialiste de la faune sauvage qui possède plus de 25 ans d’expérience dans le domaine des biobanques. Il explique à Food Ingredients First : “La viande issue de la culture cellulaire de l’antilope d’Afrique est une viande maigre et plus saine que la viande issue des espèces d’élevage.”

    La viande cultivée est considérée par beaucoup comme un grand espoir pour l’Afrique, un continent qui connaîtra la plus forte augmentation de population avec 1,3 milliard de personnes supplémentaires d’ici 2050, selon le rapport démographique de l’ONU. Simultanément, des preuves scientifiques de l’Institut Credence d’Afrique du Sud montrent qu’il existe une forte demande pour la viande cultivée sur cellules en Afrique du Sud, 60 % des participants à l’étude étant prêts à l’essayer.

    Mogale Meat

    Selon Business Insider South Africa, Mogale Meat a déjà obtenu un premier succès grâce à un projet mené en collaboration avec la Cryowild BioBank NPC, l’université du KwaZulu-Natal et l’université de technologie de Tshwane, en développant une alternative à la viande de poulet cultivée pour nourrir le prochain milliard de personnes. En outre, Mogale a été annoncé comme l’un des 28 demi-finalistes de 14 pays participant à la compétition XPRIZE Feed The Next Billion, dotée de 15 millions de dollars.

    La mission de Mogale Meat est de “rendre la viande cultivée par cellules, saine et nutritive, accessible à tous en Afrique”. La startup considère la viande cultivée comme une solution idéale pour répondre aux problèmes croissants de sécurité alimentaire qui touchent l’Afrique : “La population croissante de l’Afrique dépasse rapidement notre capacité à fournir des aliments nutritifs abordables. La viande cultivée a le potentiel de répondre à la sécurité alimentaire et d’ajouter une valeur nutritionnelle sans autre changement d’utilisation des terres à grande échelle.”

  • Articles récents




  • Le bulletin d'information vegconomist :
    actualités pour les décideurs

    Inscrivez-vous au bulletin d'information vegconomist et recevez régulièrement les nouvelles les plus importantes du monde des produits véganes et de l'économie végane.

    Adresse e-mail non valide
  • Le bulletin d'information vegconomist :
    actualités pour les décideurs

    Inscrivez-vous au bulletin d'information vegconomist et recevez régulièrement les nouvelles les plus importantes du monde des produits véganes et de l'économie végane.

    Adresse e-mail non valide