Mode et beauté

Après 23 ans d’interdiction, les tests sur les animaux à des fins cosmétiques pourraient être rétablis au Royaume-Uni

Le Royaume-Uni a été l’un des pays précurseur en ce qui concerne l’abandon des tests effectués sur les animaux pour l’industrie cosmétique. En effet, ces derniers sont interdits depuis 1998, soit bien avant les interdictions de l’Union Européenne qui ont eu lieu en 2004 pour les produits cosmétiques dits “finis” et en 2009 pour les ingrédients qui composent ces produits.

Ce mois-ci, les autorités britanniques ont toutefois déclaré qu’elles envisagent la réintroduction de tests sur les animaux pour des ingrédients utilisés exclusivement pour l’industrie cosmétique. D’après la déclaration, certains ingrédients “doivent être testés sur les animaux pour s’assurer de leur sécurité”.

Dr Katy Taylor, Directrice des affaires scientifiques et réglementaires de l’ONG Cruelty Free International (CFI), qui œuvre pour la fin des tests sur les animaux, précise : “Le gouvernement déclare que même les ingrédients utilisés uniquement dans les cosmétiques, et dont l’utilisation est sûre depuis longtemps, pourraient être soumis à des tests sur les animaux au Royaume-Uni. Cette décision pourrait ternir le leadership de longue date du Royaume-Uni en matière d’interdiction des tests réalisés sur les animaux pour les cosmétiques et tourne en ridicule la volonté du pays d’être à la pointe de la recherche et de l’innovation.”.

The Body Shop
© The Body Shop

L’interdiction de 1998 avait notamment été instaurée suite aux campagnes de The Body Shop, la première entreprise cosmétique à se positionner contre les tests sur les animaux dès 1989. Engagée pour les animaux, la société a même annoncé que 100% de ses produits seraient certifiées véganes d’ici 2023.

The Body Shop a ainsi déclaré : “Nous sommes attristés et furieux que le gouvernement britannique soit prêt à modifier une politique qui pourrait aboutir à ce que les ingrédients des cosmétiques soient testés sur des animaux pour la première fois depuis 23 ans.” Avant d’ajouter : “Notre engagement à mettre fin à cette pratique inutile et cruelle reste à ce jour au cœur de notre entreprise. Nous demandons instamment au gouvernement de réfléchir à sa position et de prendre la bonne décision.”

XCELLR8
© XCELLR8

Pourtant, les Britanniques sont très majoritairement contre les tests sur les animaux, puisque d’après un sondage de 2020, 84% ont déclaré qu’ils n’achèteraient pas un produit cosmétique s’ils savaient que celui-ci, ou l’un de ses ingrédients, a été testé sur des animaux.

Du côté des entreprises de l’industrie cosmétique, cette annonce qui met en danger la loi de 1998 est également très critiquée. Ainsi, plus de 75 entreprises dont Boots, Avon, Waitrose et Co-op ont demandé au gouvernement de ne pas rétablir les tests sur les animaux pour les ingrédients cosmétiques.

D’autant plus qu’à l’heure actuelle, de nombreuses alternatives existent comme les tests in-vitro, les analyses in-silico, etc. Des sociétés comme XCellR8 sont même spécialisées dans la mise en œuvre d’alternatives aux tests sur les animaux tout en vérifiant la sûreté des produits et des ingrédients.

Share

A la une de la Presse Végane

Paris 2024

© Paris 2024

A la une de la Presse Végane
JO Paris 2024 : vers une alimentation plus végétale ?

Abillion

© Abillion

A la une de la Presse Végane
Pour la deuxième année consécutive, Lidl France lance sa semaine végane

© La Vie

A la une de la Presse Végane
Attaqué par le lobby du porc, La Vie riposte de manière originale et invite les consommateurs à se faire entendre

Interviews

Andreas Herber de BENEO

Andreas Herber © BENEO

Interviews
BENEO : “Notre sondage a révélé qu’un consommateur sur quatre dans le monde s’identifie comme flexitarien et que la moitié d’entre eux s’intéresse aux produits végétaliens”

Mystère Gourmand

© Mystère Gourmand

Salons et événements
Découvrez Mystère Gourmand, un jeu de piste unique qui allie enquête et cuisine végétale

Maison Foltier Paris

© Maison Foltier Paris

Interviews
Maison Foltier Paris : “C’est grâce à des matières innovantes, véganes et eco-friendly, des fournisseurs engagés et une production française que nous pouvons proposer une nouvelle vision du luxe”