Marché et tendances

Les consommateurs russes ont intégré 3 fois plus d’aliments végétaliens dans leur régime alimentaire pendant la pandémie

L’année dernière, nous écrivions qu’environ 10% des Russes mangeaient déjà des alternatives végétales et que 54% étaient prêts à en inclure dans leur alimentation. Une nouvelle étude réalisée par Eating Better montre de nouveaux résultats encourageants.

Selon l’étude, pendant un an et demi, les habitants des villes russes ont commencé à consommer des alternatives à la viande et au lait trois fois plus fréquemment (la part des consommateurs dans la catégorie “viande alternative” est passée de 10 % à 34 % et celle des consommateurs dans la catégorie “lait végétal” de 9 % à 31 %). Ces alternatives végétales sont les plus demandées par les jeunes et les personnes à hauts revenus. Par ailleurs, la majorité (95 %) des citoyens russes sont conscients de la disponibilité de substituts végétaux à la viande et au lait sur le marché russe.

Les préoccupations de santé restent la principale raison pour laquelle les Russes sont prêts à inclure des substituts d’origine végétale dans leur régime alimentaire (56 %). Les consommateurs apprécient également le goût naturel (49 %) et le prix inférieur (33 %) des produits de substitution par rapport à leurs homologues traditionnels. En parallèle, le coût des analogues d’origine végétale sur le marché reste assez élevé en moyenne, ce qui signifie que les substituts de viande et de produits laitiers sont le plus souvent achetés par des personnes ayant des revenus élevés. Grâce à l’augmentation du nombre de producteurs locaux, les prix baissent progressivement. Par exemple, le prix des burgers véganes du groupe EFKO est déjà proche du prix du bœuf.

Cheeseburger Greenwise
© Greenwise

En attendant, les préoccupations environnementales et éthiques restent les sujets les plus impopulaires parmi les consommateurs russes.

Des résultats intéressants ont été obtenus en ce qui concerne l’attrait des différents labels. En 2020, la différence d’attractivité entre les labels “végétal” et “végétalien/végane” était de 6 % (23 % et 17 %, respectivement). Cependant, la nouvelle étude montre que le label “produit 100% végétal” est plus de 11 fois plus attractif que le label “100% végétalien/végane” (58% et 5%, respectivement). La différence dans la perception positive significativement accrue du label “végétal” peut être largement attribuée au fait que certains des plus grands producteurs de produits alternatifs utilisent les termes “végétal” plutôt que “végétalien/végane” et positionnent initialement leurs produits non pas pour une niche étroite de végétariens et de végétaliens, mais pour un cercle plus large de flexitariens :

“Fabriqué à partir de végétaux. Fait pour tout le monde” est le slogan de Greenwise.
“Le goût de la viande, les avantages des plantes” est le slogan de la marque “Hi !” du groupe EFKO.
“C’est comme de la viande, mais version végétale” dit le slogan de la société Meatless.

Hi Russia
© EKFO Group

Les résultats ont montré que la culture flexitarienne est en plein essor en Russie également. 40 % des personnes interrogées ont déclaré avoir commencé à manger nettement ou modérément moins de produits carnés et 21 % ont consommé moins de produits laitiers qu’il y a un an. Au contraire, seulement 6 % des personnes interrogées ont déclaré avoir commencé à manger plus de viande et 21 % ont consommé plus de produits laitiers pendant cette période. Si l’on considère que le niveau de production de viande en Russie en 2020 était plus élevé que jamais, ces résultats controversés peuvent être en partie dus à l’augmentation des exportations de viande vers d’autres pays et à une perception incorrecte du terme “nettement moins”.

“Pendant la pandémie, nous avons triplé nos ventes en moyenne. Je pense que la raison n’était pas seulement la pandémie, que beaucoup de gens associent directement au problème de la consommation de produits animaux, mais aussi la croissance organique du marché. Les produits alternatifs deviennent de plus en plus accessibles (à la fois en termes de prix et de nombre d’endroits où ils peuvent être achetés), ce qui signifie que de plus en plus de personnes prennent conscience que les produits sans ingrédients animaux sont aussi bons que les produits conventionnels en termes de caractéristiques organoleptiques et de prix”, a déclaré Artem Ponomarev, PDG de Greenwise.

altfoodconf Russia Greenwise wins burger battle
Greenwise gagne le concours de burger

L’entrée de nouvelles grandes entreprises dans l’espace des protéines alternatives (par exemple, l’un des plus grands producteurs alimentaires Rusagro a récemment annoncé son intérêt pour la production d’alternatives à la viande), l’augmentation de la capacité des entreprises existantes, l’investissement dans les start-ups et le soutien du gouvernement pourraient conduire à un avenir où plus de la moitié des Russes achèteront des alternatives végétales au moins occasionnellement d’ici le début de 2023.

Share

A la une de la Presse Végane

repas végétalien

Photo : @defaultveg sur Instagram

A la une de la Presse Végane
Dans les hôpitaux new-yorkais, les repas végétaliens deviennent l’option par défaut

ACCRO

© ACCRO

A la une de la Presse Végane
ACCRO remporte le challenge Découverte Carrefour 2022 grâce à son haché végétal

La Vie

© La Vie

A la une de la Presse Végane
La Vie™ lance une campagne d’affichage symbolique et inédite à Haarlem, première ville au monde à interdire la promotion publicitaire de viande

Interviews

Cocoriton

© Cocoriton

Interviews
Cocoriton : “En créant Cocoriton, nous voulions remettre les agriculteurs français au cœur du sujet en proposant des produits qui les rémunèrent justement et avec un véritable équilibre nutritionnel”

© Meurens Natural

Interviews
Meurens Natural : “Nous avons été les premiers à produire des sirops d’avoine qui peuvent être utilisés pour produire des boissons à base d’avoine”

Andreas Herber de BENEO

Andreas Herber © BENEO

Interviews
BENEO : “Notre sondage a révélé qu’un consommateur sur quatre dans le monde s’identifie comme flexitarien et que la moitié d’entre eux s’intéresse aux produits végétaliens”