Etudes et Statistiques

Une enquête révèle que près de la moitié des Européens ont réduit leur consommation de viande

ProVeg International s’est associé à Innova Market Insights, à l’Université de Copenhague et à l’Université de Gand pour mener une enquête sur les attitudes des consommateurs européens vis-à-vis des aliments végétaliens.

L’enquête, qui fait partie du projet Smart Protein, a interrogé plus de 7 500 personnes dans dix pays, l’Allemagne, l’Autriche, le Danemark, l’Espagne, la France, l’Italie, les Pays-Bas, la Pologne, la Roumanie et le Royaume-Uni. 7 % des personnes interrogées étaient déjà végétariennes, tandis que 30 % étaient flexitariennes.

Les résultats sont frappants : 46 % des personnes interrogées ont déclaré avoir déjà réduit leur consommation de viande. Un peu moins de 40 % ont déclaré qu’ils allaient réduire davantage leur consommation de viande au cours de l’année à venir, tandis qu’environ 30 % avaient l’intention de réduire leur consommation de produits laitiers. Près d’un tiers avaient l’intention d’augmenter de manière significative leur consommation de viande et de produits laitiers d’origine végétale.

Schouten Europe poulet
© Schouten Europe

Cependant, 45 % des flexitariens ont déclaré qu’il n’y avait pas assez d’options végétaliennes disponibles, tandis que 50 % ont déclaré que les options existantes étaient trop chères. Environ 60 % d’entre eux pensent que les aliments végétaliens sont sûrs et correctement étiquetés, et la plupart préfèrent les aliments à base de végétaux aux aliments à base de champignons ou d’algues.

Les flexitariens ont également déclaré que le goût et la santé étaient les considérations les plus importantes lors de l’achat d’un produit végétalien. La fraîcheur, l’absence d’additifs et les prix bas jouent également un rôle clé.

La volaille, le bœuf, le saumon et le thon végétaliens sont les produits alternatifs à la viande et aux produits de la mer que les personnes interrogées souhaitent le plus voir apparaître. La mozzarella et le fromage en tranches d’origine végétale arrivent en tête de liste des produits laitiers de substitution.

Le projet Smart Protein

projet Smart protein
© Smart Protein Project

Le projet Smart Protein est financé par l’UE et a été créé pour développer des produits à base de protéines alternatives qui sont sains, respectueux de l’environnement et qui augmentent la sécurité alimentaire. Par exemple, le projet travaille à la mise au point de la prochaine génération de produits de la mer d’origine végétale. Il a également mené des recherches sur les sources de protéines les plus durables qui pourraient être cultivées en Europe et a ainsi découvert que les lentilles, les pois chiches, les fèves et le quinoa pourraient être la solution.

“L’enquête suggère un énorme potentiel pour les aliments végétaliens en Europe et donne le feu vert à tous les acteurs concernés dans ce domaine pour développer des produits plus nombreux et de meilleure qualité. La demande des consommateurs pour des protéines alternatives croît à un rythme remarquable, sans que l’on puisse en voir la fin”, a déclaré Jasmijn de Boo, vice-président de ProVeg International.

Share

A la une de la Presse Végane

Interviews