Le Club Med ne propose plus d’activités considérées comme de la maltraitance animale



Depuis le 1er août 2021, le Club Med, entreprise française présente à l’internationale qui organise des séjours de vacances, ne propose plus d’activités assimilées à de la maltraitance animale dans ses “packages vacances”.

À l’image de géants du tourisme comme Tripadvisor, Booking, Virgin Holidays ou Airbnb, le Club Med a ainsi décidé de développer un tourisme responsable qui visera à éduquer les touristes autour de la cause animale.

Cela se traduira donc par des visites de sanctuaires d’éléphants plutôt que des balades sur leur dos ou encore par l’observation d’animaux en liberté qui viendront remplacer les spectacles de corrida, les journées en parcs marins, les séances de nage avec des dauphins et les séances photos avec des animaux sauvages captifs et drogués pour les maintenir calmes et non dangereux.

“Contrairement aux voyageurs comblés du Club Med, les animaux exploités pour le divertissement n’ont jamais l’occasion de se détendre, ni de partager des moments privilégiés avec leurs proches”, a déclaré Mimi Bekhechi, vice-présidente des programmes internationaux de l’association PETA.

balade à dos d'éléphant
© Sergii Figurnyi – stock.adobe.com

Le Club Med a d’ailleurs développé, en lien avec PETA, une politique du bien-être animal que devra suivre le groupe pour rester en cohérence avec son engagement et sa volonté de se tourner vers le tourisme responsable.

Dans cette politique, on retrouve également des décisions qui auront un impact sur les hôtels. Ceux-ci devront s’approvisionner d’œufs de poules élevées hors cages d’ici 2025 pour les resorts situés en Europe, au Brésil et aux États-Unis. De plus, les boutiques des hôtels ne proposeront plus de fourrure. 

“PETA appelle les autres agences de voyage à suivre l’exemple du Club Med et à explorer les manières de promouvoir un tourisme responsable et respectueux en ne soutenant plus les activités ni les lieux qui exploitent les animaux, tels les corridas et les parcs marins”, a ajouté Mimi Bekhechi.

Cette décision du Club Med est à l’image des consommateurs, qui sont de plus en plus sensibles et informés au sujet de la souffrance des animaux utilisés pour le divertissement. À titre d’exemple, d’après une étude réalisée par l’IFOP, 74% des Français souhaitent l’interdiction de la corrida.

Articles récents




  • Le bulletin d'information vegconomist :
    actualités pour les décideurs

    Inscrivez-vous au bulletin d'information vegconomist et recevez régulièrement les nouvelles les plus importantes du monde des produits véganes et de l'économie végane.

    Adresse e-mail non valide