• Selon un rapport, nous produisons déjà suffisamment de protéines végétales pour nourrir le monde entier



    Selon les recherches du Dr Stacy Pyett de l’Université de Wageningen, le monde produit déjà suffisamment de protéines végétales pour nourrir l’ensemble de la population.

    Environ 520 millions de tonnes de protéines végétales sont produites chaque année, dont un tiers est gaspillé lors de la transformation, du stockage ou par les consommateurs. Il reste donc 346 millions de tonnes. Cependant, environ 50 % de ces protéines sont actuellement transformées en aliments pour le bétail.

    Sur la base de la quantité minimale de protéines nécessaire à une bonne santé, 172 millions de tonnes seraient nécessaires chaque année pour nourrir huit milliards de personnes. Même avec un apport en protéines plus généreux, équivalent à la quantité actuellement consommée par la population néerlandaise, 227 millions de tonnes seulement seraient nécessaires. Cela signifie que si le monde passait à un régime végétal, la quantité de protéines actuellement produite serait amplement suffisante pour nourrir toute la population mondiale.

    Smart Protein Project
    © Smart Protein Project

    Régime alimentaire végane et utilisation des terres

    Ces nouvelles recherches confirment les conclusions de plusieurs études antérieures. Plus tôt cette année, des données ont montré qu’un monde entièrement végétal nécessiterait 75 % de terres agricoles en moins que celles utilisées actuellement. En avril, un rapport distinct a suggéré que l’utilisation des terres, l’utilisation de l’eau et les émissions de carbone requises pour la production de protéines alternatives étaient inférieures de 80 % à celles requises pour les régimes alimentaires européens typiques.

    Un rapport publié en 2020 par le Nuffield Council on Bioethics a révélé que la production de viande végétale utilise entre 47 % et 99 % de terres en moins que la viande conventionnelle. La même année, une autre étude a rapporté que le remplacement de seulement 10 % des produits animaux par des alternatives végétales permettrait d’économiser une surface de terre de la taille de l’Allemagne.

    Publicité

    “Cette étude fournit des informations détaillées et solides sur le véritable prix de la consommation de protéines animales et de leurs alternatives végétales. Ce travail est une étape importante pour aider les gens à comprendre à quel point les décisions que nous prenons concernant notre consommation de protéines ont un impact sur notre environnement”, a déclaré Björn Witte, PDG de Blue Horizon.

    Articles récents




  • Le newsletter vegconomist :
    actualités pour les décideurs

     

    Inscrivez-vous au newsletter vegconomist et recevez régulièrement les nouvelles les plus importantes du monde des produits véganes et de l'économie végane.


    Je ne reçois pas la newsletter vegconomist, que puis-je faire ?


    Cliquez ici pour ajouter vegconomist à votre liste de contacts mails pour être sûr.e.s de bien recevoir notre newsletter.

    Adresse e-mail non valide
  • Le newsletter vegconomist :
    actualités pour les décideurs

     

    Inscrivez-vous au newsletter vegconomist et recevez régulièrement les nouvelles les plus importantes du monde des produits véganes et de l'économie végane.


    Je ne reçois pas la newsletter vegconomist, que puis-je faire ?


    Cliquez ici pour ajouter vegconomist à votre liste de contacts mails pour être sûr.e.s de bien recevoir notre newsletter.

    Adresse e-mail non valide