Etudes et Statistiques

Un nouveau rapport présente les protéines alternatives comme la solution la plus efficace pour lutter contre la crise climatique

Un nouveau rapport publié aujourd’hui par BCG et Blue Horizon révèle que c’est en investissant dans les protéines végétales que l’on économise le plus de CO2 – cela a au moins deux fois plus d’impact positif que des investissements dans le ciment, le fer, l’acier, les produits chimiques ou les transports durables. L’étude révèle également que plus de 30 % des consommateurs seraient prêts à changer complètement leur régime alimentaire en faveur des protéines végétales pour avoir un impact positif sur le climat.

“Si nous atteignons 11 % de pénétration du marché d’ici 2035, nous pourrions économiser plus d’émissions de CO2 que la décarbonisation de 95 % du secteur de l’aviation.”

Le premier rapport du BCG et de Blue Horizon publié l’année dernière, intitulé Food for Thought, affirmait que l’Europe et l’Amérique du Nord pourraient atteindre leur “pic de consommation de viande” d’ici 2025, date à partir de laquelle la consommation de protéines animales sera en constant déclin. Cette étude est devenue une norme industrielle largement citée sur l’avenir des protéines alternatives.

infographie blue horizon
Infographie fournie par Blue Horizon

La transition vers les protéines alternatives est la solution la plus efficace et à l’impact le plus fort

Ce deuxième rapport est une enquête multi-marché sur les protéines alternatives, la première du genre, qui étudie la durabilité des aliments. Puisque 25% des émissions mondiales de gaz à effet de serre sont causées par la chaîne de valeur alimentaire, le passage aux protéines alternatives pourrait être la solution la plus efficace en termes de d’investissement. Cela représente également l’impact le plus fort pour faire face à la crise climatique, selon le rapport.

Le rapport, intitulé The Untapped Climate Opportunity in Alternative Proteins (Le potentiel inexploité des protéines alternatives pour le climat), a interrogé plus de 3 700 consommateurs dans sept pays (Chine, France, Allemagne, Espagne, Émirats arabes unis, Royaume-Uni et États-Unis). Les trois quarts des personnes interrogées ont déclaré que la santé était leur principale motivation. De plus, il est très encourageant de voir que plus de 30 % d’entre elles ont déclaré qu’elles seraient prêtes à changer complètement leur régime alimentaire en faveur des protéines alternatives si cela avait un impact positif sur le climat.

Infographie fournie par Blue Horizon
Infographie fournie par Blue Horizon

Neuf personnes sur dix ont apprécié les protéines alternatives

Sur l’ensemble des marchés évalués, 76 % des consommateurs ont répondu qu’ils connaissaient la catégorie, et environ neuf sur dix ont apprécié certains produits à base de protéines alternatives qu’ils ont essayés. Si les consommateurs de Chine et d’Allemagne sont les plus disposés à payer un prix proche de la parité, aucun consommateur, dans aucune région, n’est prêt à payer un supplément pour des protéines alternatives équivalentes à la viande en termes de goût, de texture et de nutrition. Un supplément de prix nécessite une valeur ajoutée, selon les chercheurs.

“Près d’une personne sur trois dans le monde est confrontée à l’insécurité alimentaire. Si l’on ajoute à cela l’impact des crises géopolitiques persistantes sur la chaîne d’approvisionnement et les prix des aliments, la pression sur le système alimentaire mondial est immense”, explique Ben Morach, directeur général et associé de BCG.

“L’abandon des protéines d’origine animale permettra de raccourcir les chaînes d’approvisionnement, de les rendre plus résilientes et potentiellement plus locales. L’adoption généralisée de protéines alternatives peut supprimer le risque de perturbation de la chaîne d’approvisionnement et jouer un rôle essentiel dans la lutte contre le changement climatique, les consommateurs jouant un rôle clé pour propulser cette transition.”

Infographie fournie par Blue Horizon
Infographie fournie par Blue Horizon

Bjoern Witte, PDG de Blue Horizon, ajoute : “Les produits que les consommateurs voient aujourd’hui dans les rayons seront suivis d’une vague de protéines alternatives plus propres, plus saines et plus savoureuses, car la technologie permet une innovation croissante. Nous avons assisté au développement rapide de ces technologies dans notre propre portefeuille ainsi que dans l’industrie agroalimentaire au sens large, ce qui a conduit à une amélioration générale de la gamme de produits de consommation. C’est une excellente nouvelle pour les consommateurs d’aujourd’hui, mais nous n’en sommes qu’au début, vraiment”.

“L’impact positif est absolument massif, et les moteurs séculaires n’ont jamais été aussi forts – c’est maintenant qu’il faut investir.”

“Les générations futures bénéficieront grandement de l’impact démontrable que cela aura sur l’environnement, comme le montre notre analyse des données climatiques”. Il s’agit du deuxième rapport du BCG et de Blue Horizon confirmant que la transformation des protéines est le moyen le plus efficace en termes de capital pour éviter les émissions [de CO2] et obtenir un impact du capital utilisé (IoCETM). Si nous atteignons 11 % de pénétration du marché d’ici 2035, ce qui est notre objectif, nous pourrions économiser plus d’émissions de CO2 que la décarbonisation de 95 % du secteur de l’aviation. L’impact positif est absolument massif, et les moteurs séculaires n’ont jamais été aussi forts – c’est maintenant qu’il faut investir.”

Share

A la une de la Presse Végane

repas végétalien

Photo : @defaultveg sur Instagram

A la une de la Presse Végane
Dans les hôpitaux new-yorkais, les repas végétaliens deviennent l’option par défaut

ACCRO

© ACCRO

A la une de la Presse Végane
ACCRO remporte le challenge Découverte Carrefour 2022 grâce à son haché végétal

La Vie

© La Vie

A la une de la Presse Végane
La Vie™ lance une campagne d’affichage symbolique et inédite à Haarlem, première ville au monde à interdire la promotion publicitaire de viande

Interviews

Cocoriton

© Cocoriton

Interviews
Cocoriton : “En créant Cocoriton, nous voulions remettre les agriculteurs français au cœur du sujet en proposant des produits qui les rémunèrent justement et avec un véritable équilibre nutritionnel”

© Meurens Natural

Interviews
Meurens Natural : “Nous avons été les premiers à produire des sirops d’avoine qui peuvent être utilisés pour produire des boissons à base d’avoine”

Andreas Herber de BENEO

Andreas Herber © BENEO

Interviews
BENEO : “Notre sondage a révélé qu’un consommateur sur quatre dans le monde s’identifie comme flexitarien et que la moitié d’entre eux s’intéresse aux produits végétaliens”