Agriculture

Une ferme traditionnelle avec une boulangerie bio devient certifiée biocyclique végétalienne

La ferme familiale Gottschallerhof à Rotthalmünster près de Passau (en Allemagne), qui existe depuis 1435, est désormais géré de manière biocyclique et végétalienne. Elle n’élève pas de bétail et n’utilise pas d’excréments d’animaux ni de déchets d’abattoirs en guise d’engrais.

Nous vous partageons cette interview avec Nikodemus Gottschaller, dans laquelle il explique ce qui l’a poussé à faire ce changement et pourquoi sa boulangerie biologique proposera bientôt le premier pain certifié biocyclique végétalien.

M. Gottschaller, parlez-nous de votre entreprise et du processus de production.
Nous avons une exploitation agricole avec notre boulangerie à la ferme dans le district de Passau en Basse-Bavière. L’exploitation est gérée de manière biologique depuis 1986. En 1995, j’ai commencé à construire une boulangerie, qui est maintenant une boulangerie agricole bio. Nous fournissons du pain biologique aux magasins d’alimentation naturelle et aux grossistes. La ferme produit une petite partie des céréales destinées à la boulangerie et le reste est acheté auprès d’exploitations voisines. La rotation des cultures sur notre exploitation commence par le trèfle rouge de l’année, puis la courge oléagineuse est cultivée au printemps. La courge de Styrie est utilisée pour les produits de la boulangerie et pressée en huile de pépins de courge. Nous la vendons aux détaillants et aux grossistes en alimentation. Après le potiron vient l’épeautre, puis le seigle. Nous envisageons également d’intégrer les graines de lin dans la rotation des cultures.

© Logo Agriculture biocyclique végétalienne

Depuis l’année dernière, vous cultivez selon un système de culture unique. Pouvez-vous nous en dire plus ?

Comme nous n’élevions plus d’animaux – j’y ai renoncé en 2000 – il était naturel de convertir complètement l’exploitation. Nous avons adhéré à l’association allemande des végétaliens biocycliques (Förderkreis Biozyklisch-Veganer Anbau e. V.). et nous sommes maintenant certifiés végétaliens biocycliques depuis un peu plus d’un an. Cela signifie que nous produisons désormais de l’huile de pépins de courge selon les spécifications de la norme de l’agriculture biocyclique végétalienne. La certification de la boulangerie est également prévue pour que nous puissions bientôt lancer sur le marché le premier pain croustillant biocyclique végétalien.

Qu’est-ce qui vous plaît particulièrement dans votre travail ?
J’aime particulièrement développer de nouvelles variétés de pain dans la boulangerie. Dans l’agriculture, il y a de nouveaux défis chaque année. Chaque année est différente. L’agriculture exige beaucoup de sensibilité et d’expérience. Mais l’expérience ne sert pas à grand-chose lorsqu’il y a une grosse tempête de grêle. Nous avons eu récemment une forte tempête de grêle et nous avons perdu presque toute la récolte de l’année. Ce sont les défis de l’agriculture : vous ne pouvez pas toujours tout contrôler. Le temps va et vient, et il faut s’en accommoder. Cela vous donne un sentiment d’humilité.

Quelle est votre principale motivation pour pratiquer l’agriculture biologique sans intrants animaux, ou quelles sont les raisons de votre conversion à la culture biocyclique végétalienne ?
Je suis un régime végétarien depuis cinq ans et, dans la mesure du possible, j’essaie de manger végétalien. En général, je ne me suis jamais sentie à l’aise avec l’élevage des animaux. J’ai de la peine pour les animaux ; je ne peux pas les abattre. Pour moi, c’est tout simplement un monde dont je n’ai pas du tout besoin. C’est pourquoi je ne veux pas épandre sur mes terres des excréments d’animaux comme le fumier ou le lisier. Nous pouvons utiliser le soleil et la nature – les plantes qui fixent l’azote et les autres nutriments dans le sol – pour produire très bien et obtenir de bons rendements.

Biocyclic Vegan Network
© Biocyclic Vegan Network

Quelles méthodes utilisez-vous pour augmenter la fertilité du sol ?
C’est le trèfle qui fixe l’azote atmosphérique dans le sol à l’aide des bactéries nodulaires. Dans mon champ de trèfle, il y a suffisamment d’azote dans le sol pour les trois prochaines années avant que tout le processus ne recommence. Nous utilisons également le trèfle pour fertiliser d’autres zones, c’est-à-dire que le trèfle est fauché, haché avec l’épandeur à fumier et transporté vers d’autres zones. Cela permet d’obtenir un excellent bilan azoté. Je suis également un producteur de CO2, donc dans les prochaines années, nous utiliserons des échantillons de sol pour déterminer notre bilan d’humus.

Quel potentiel voyez-vous pour l’agriculture biocyclique végétalienne ?
Le potentiel est énorme, car de nombreuses exploitations fonctionnent déjà de cette manière. Dans des pays comme la Roumanie ou la Hongrie, où il y a traditionnellement très peu d’élevage, l’agriculture biologique fonctionne de cette manière depuis longtemps. Je crois que de plus en plus de gens commencent à se rendre compte que, par exemple, la laitue prétendument végétalienne qu’ils achètent est fertilisée avec de la farine de corne ou d’os, ce que beaucoup de gens ne veulent pas. Nous devons trouver d’autres moyens d’améliorer les cycles des nutriments et de favoriser la croissance de l’humus.

Qu’attendez-vous de vos clients ?
Évidemment, j’aimerais qu’ils achètent mes produits à base de citrouille ou mon pain. La boulangerie n’est pas encore certifiée, mais nous avons cet objectif. Il y a encore des problèmes concernant le mélange avec d’autres variétés de céréales. Nous utilisons encore du beurre dans un type de pain, qui peut facilement être remplacé par de la margarine, mais nous devons encore travailler un peu sur ce point. Nous espérons également pouvoir produire des produits végétaliens entièrement biocycliques. Notre première tentative était des crackers à l’huile d’olive, et nous aimerions continuer à travailler ce point-là.

 Gottschallerhof
© Gottschallerhof

Où voyez-vous votre exploitation avec la boulangerie dans dix ans ?
Cela dépend du successeur que je trouverai. Dans dix ans, j’aurai 67 ans, et l’un de mes enfants reprendra sûrement la ferme. À part cela, l’agriculture biologique va sans doute continuer à se développer. Le secteur végétalien biocyclique doit également se développer car, comme chacun le sait, l’élevage des animaux n’est déjà plus en mesure de nourrir l’humanité de manière adéquate. Le nombre de personnes qui meurent de faim n’a jamais été aussi élevé. Les scientifiques ont toujours prétendu que nous avions maîtrisé la faim dans le monde, mais c’est tout le contraire. La faim a encore augmenté, tout comme les guerres. Notre travail consiste à montrer un moyen de faire mieux. Tout le monde discute également de la question du CO2 et du réchauffement climatique, et à cet égard, nous essayons d’améliorer certaines choses.

Quelles évolutions de la société souhaiteriez-vous voir concernant l’agriculture ?
Il serait souhaitable que davantage de personnes se remettent à l’agriculture. Cela apporterait de nombreux avantages. Il y a de plus en plus de fermes qui adoptent le modèle CSA (Community Supported Agriculture) ou des projets dans lesquels les gens peuvent louer un petit bout de terrain. Là, ils peuvent voir à quel point il est difficile d’extraire des aliments du sol. Les agriculteurs d’aujourd’hui sont des agriculteurs très modernes qui font bien leur travail, ce qui est toujours admirable. Mais les agriculteurs individuels ne peuvent pas résoudre le problème des pesticides et des résidus de l’élevage. C’est le travail des politiciens, mais ils font très peu. La société devrait à nouveau mettre les mains dans la terre !

Monsieur Gottschaller, merci beaucoup pour cette interview.

Share

A la une de la Presse Végane

repas végétalien

Photo : @defaultveg sur Instagram

A la une de la Presse Végane
Dans les hôpitaux new-yorkais, les repas végétaliens deviennent l’option par défaut

ACCRO

© ACCRO

A la une de la Presse Végane
ACCRO remporte le challenge Découverte Carrefour 2022 grâce à son haché végétal

La Vie

© La Vie

A la une de la Presse Végane
La Vie™ lance une campagne d’affichage symbolique et inédite à Haarlem, première ville au monde à interdire la promotion publicitaire de viande

Interviews

Cocoriton

© Cocoriton

Interviews
Cocoriton : “En créant Cocoriton, nous voulions remettre les agriculteurs français au cœur du sujet en proposant des produits qui les rémunèrent justement et avec un véritable équilibre nutritionnel”

© Meurens Natural

Interviews
Meurens Natural : “Nous avons été les premiers à produire des sirops d’avoine qui peuvent être utilisés pour produire des boissons à base d’avoine”

Andreas Herber de BENEO

Andreas Herber © BENEO

Interviews
BENEO : “Notre sondage a révélé qu’un consommateur sur quatre dans le monde s’identifie comme flexitarien et que la moitié d’entre eux s’intéresse aux produits végétaliens”